Index du Forum




 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Soka Gakkai Japon Daisaku Ikeda Komeito Fukushima

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Actualités -> NewPolitique&Social
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nam Advaita


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2013
Messages: 1

MessagePosté le: Mer 16 Oct - 11:59 (2013)    Sujet du message: Soka Gakkai Japon Daisaku Ikeda Komeito Fukushima Répondre en citant

La doctrine pacifiste, anti armes nucléaires de la Soka Gakkai est en contradiction avec les positions et décisions prises par le Komeito vis à vis du nucléaire depuis 1967 et dont les électeurs sont principalement les adhérents de l'organisation religieuse dont le mentor Daisaku Ikeda est le fondateur historique du parti.

Le 26 janvier 2012, Daisaku Ikeda, le président honoraire de la Soka Gakkai Japon et président en exercice de la Soka Gakkai Internationale, a interpellé les autorités du pays à abandonner l'énergie nucléaire : "A l'aune de l'accident de la centrale atomique de Fukushima, j'appelle le Japon à étudier rapidement des politiques énergétiques qui ne dépendent pas de l'énergie nucléaire."

Un crime moral contre l'environnement et l'Humanité
C'est une revirement historique ! C'est la première fois qu'il s'exprime ainsi sur ce sujet depuis plus de 50 ans. S'il a été un militant constant du désarmement nucléaire mondial, avec entre autre sa participation en 1998, par l'entremise du département de la jeunesse de la Soka Gakkai Japon, à "Abolition 2000" de la Nuclear Age Peace Foundation, et de nombreuses expositions sur les armes nucléaires présentées à travers le monde, il n'est jamais apparu comme un activiste prépondérant dans l'histoire de l'opposition à l'électricité nucléaire au Japon.

Dans l'histoire sociale contemporaine japonaise, en 1954, ce sont les femmes des marins - de l'équipage du chalutier Daigo Fukury Maru (Le Dragon Chanceux) - irradiés par le tir de la bombe atomique du programme d'essais américain Castle Bravo au large de l'atool Bikini près des îles Marshall - accompagnées par des mouvements progressistes comme le parti communiste, des chrétiens, des bouddhistes du Nipponzan Myohoji (école de Nichiren) qui ont débuté les premiers mouvements sociaux anti-nucléaire militaire. Il semble qu'à l'époque certains pratiquants de la Soka Gakkai des villages avoisinants ce soient spontanément associés à la lutte de ces femmes.

Dès 1967, puis de 1999 jusqu'à Fukushima en fidèle allié du PLD, le Komeito a soutenu la nucléarisation civile du Japon, et de facto la production de plutonium pouvant être à usage militaire. Avec son retour au gouvernement en 2013 il a choisi de composer avec les ambitions pro-nucléaires du PLD. Ses électeurs sont historiquement pour l'essentiel les membres de la Soka Gakkai sans lesquels le PLD n'aurait pu gagner les élections et gouverner le pays. Les électeurs du Komeito suivent les directives morales de la Soka Gakkai – donc de D. Ikeda qui n'a jamais réellement soutenu les alternatives sociales, économiques, politiques, culturelles, quand bien même il a fait d'innombrables discours pouvant y faire penser.

Si D. Ikeda s'est prononcé de façon anecdotique et marginale sur des questions environnementales et écologiques ou encore si la Soka Gakkai a participé localement à des initiatives alternatives pour le bien-être social, elle s'est toujours positionnée dans le camp des mentalités traditionnelles et des conservateurs, celui d'un gouvernement répressif vis à vis de ses opposants, allié aux combinats de la stricte économie capitaliste, du commerce international conquérant, de l'industrie lourde, de l'agro-alimentaire intensif : un système économique induisant la destruction de l'environnement...

À preuve du contraire, D. Ikeda, ce brillant défenseur de la vie, amoureux de la nature, pacifiste, trois cent quarante deux fois décoré par toutes sortes d'institutions internationales a été le complice de la nucléarisation du Japon par son silence sur la question des dangers du nucléaire civil - malgré l'activisme anti-nucléaire, les déclarations alarmistes de spécialistes japonnais, les accidents nucléaires dans l'archipel et dans le monde, les rapports des commissions d'enquêtes sur la sécurité nucléaire au Japon - ainsi que par ses alliances politiques et sa fonction d'ambassadeur culturel soutenu par le ministère japonnais des Affaires Étrangères lors de ses voyages internationaux à partir des années 1970, ainsi que par son amitié dans les années 1980 avec le président de Mitsubichi, dont il s'est flatté, la banque qui gère les actifs de la Soka Gakkai mais qui est aussi le groupe industriel ayant participé à la construction du parc nucléaire et à son exploitation et principal fabricant d'armement du pays.

D. Ikeda, fondateur d'une ONG humanitaire, ce promoteur d'une philosophie humaniste bouddhique, de la paix dans le monde, des droits de l'homme comme de ceux des enfants, et en tant que personnalité de premier plan de la société civile, a démontré sa responsabilité accablante dans le développement du programme nucléaire, aidé en cela par ses instruments : la Soka Gakkai et le Komeito, en restant en retrait des mouvements alternatifs anti-nucléaire civil minoritaires mais très actifs dans les années 1970, en consentant de facto à l'orientation économique et industrielle qui fut à l'origine de la construction des centrales nucléaires japonaises à partir de 1961 (Tokaimura) dont la visée ultime a été historiquement - pour les dirigeants politiques des années 1950 - la fabrication de bombes atomiques.

D. Ikeda dans ses actions militantes avec la Soka Gakkai contre les Armes Nucléaire en a complètement dissocié le Nucléaire Civil, ses discours pour la paix et le désarmement camouflent sa collusion occulte avec les intérêts des conglomérats qui contrôlent les pouvoirs politiques financiers industriels les plus opposés à la vie, à la paix, à l'harmonie entre les humains et la nature : en totale contradiction avec l'idéal bouddhiste qu'il prône !
En tant que maître à penser de la Soka Gakkai, et du parti Komeito par extension, il est évident qu'il a tenu en toute conscience un discours humaniste, pacifiste, complètement dissemblable des positions et décisions politiques favorables au libéralisme offensif de "son parti" depuis les années 1960. Mensonges, forfanteries, dissimulations ? C'est un crime moral contre l'environnement et l'Humanité.

Il faut savoir, de plus, que les exonérations fiscales des organisations religieuses au Japon sont extrêmement avantageuses, elles ont été conçues par le PLD qui ainsi les a insidieusement soudoyé afin qu'elles le soutiennent – lors des élections, ou au moins qu'elles ne critiquent pas ouvertement ses alliances avec les grands groupes économiques qui dictent les orientations politiques.

Une anecdote pour exemple.
Depuis 2003 Shingo Mimura (sans étiquette) a été élu et réélu gouverneur d'Aomori, avec l'aide infaillible du PLD et de ses partenaires : le Komeito et le Nouveau Parti Conservateur, là où se trouve le site nucléaire de Rokkaso-mura dont la conception a été supervisée par Mitsubichi pour pouvoir produire la matière première des armes nucléaires. Le gouverneur a apporté son soutien à l'énergie nucléaire qui est devenue l'un des principal secteur économique et pourvoyeur d'emploi de la préfecture. Depuis, et après une vérification de la sécurité des centrales existantes dans un contexte marqué par l'accident de Fukushima, S. Mimura soutenu en cela par ses alliés politiques a été le seul à militer pour continuer la politique de développement de l'industrie nucléaire dans la préfecture.

En France l'actuelle Association Cultuelle Soka du Bouddhisme de Nichiren et avant elle la Soka Gakkai Française et encore avant la Nichiren Shoshu Française se sont toujours fait les relais de l'idéologie pacifiste de D. Ikeda sans jamais lui être déloyal ni désobéissant en quelques points que ce soit. Ce dévouement sans faille a empêché depuis toujours l'ensemble de leurs hauts dirigeants officiels de développer une intelligence critique propre à produire un discours innovant adapté aux réalités sociétales concrètes, et les a obligé à refuser d'émettre publiquement une pensée philosophique originale sur les problématiques et enjeux du monde, ce qui fait d'eux, jusqu'au 26 janvier 2012, les complices inconscients du désastre nucléaire japonais et international. Les "élites intellectuelles" de ce mouvement sont inexistantes et ne sont pas encouragées à s'épanouir, pas de polémiques constructives, ni de remises en question des contradictions internes. Les dirigeants ont ouvert leurs salles culturelles et cultuelles à des conférences de non pratiquants dotés d'une réflexion et d'une culture propre, mais pas les colonnes de leurs publications à leurs coreligionnaires pourvus d'une pensée spirituelle personnelle inspirée par les paradigmes bouddhiques. Tout comme au Japon, cette organisation religieuse est féodale, oligarchique, conservatrice, partisane de l'économie libérale et d'une morale sociale et familiale très conformiste, tout en affichant la plus stricte neutralité au sujet des affaires nationales mais en recherchant l'approbation de personnalités de la société civile et des pouvoirs publics quand à son système de valeurs humaines.

P.S : Conformément à la liberté d'expression accordée aux citoyens par la Constitution de la république française, ce texte est le fruit d'une connaissance reliée à une observation assidue de cette organisation religieuse durant vingt ans, d'une analyse et d'une interprétation personnelle de documents disponibles en langues française et anglaise extérieures à la Soka Gakkai, ainsi que de l'ensemble des publications en langue française de la Soka Gakkai et de D. Ikeda de 1960 à 2010 [aucune n'exprime sa participation dans la lutte contre le nucléaire civil].

S'il s'avérait qu'il existait des publications officielles en langue française de cette organisation prouvant son implication effective et récurrente dans le mouvement anti-nucléaire civil au Japon dès ses débuts, nous apprécierions de les savoir publiés sur internet et de connaître l'adresse de ces sites.

Liens vers deux documents en anglais relatant l'implication réelle du Komeito, du Seikyo Shimbun et de la Soka Gakkai, dans le soutien à la politique pro-nucléaire du Japon :
http://www.japan-press.co.jp/modules/news/index.php?id=2155
http://www.japan-press.co.jp/modules/news/index.php?id=2156
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 16 Oct - 11:59 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Actualités -> NewPolitique&Social Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com