Index du Forum




 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La poésie des Wingmakers
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Art -> Poésie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
επισκέπτης


Hors ligne

Inscrit le: 13 Juin 2011
Messages: 1 055

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 00:25 (2011)    Sujet du message: La poésie des Wingmakers Répondre en citant

The Pure and Perfect

Someday the messengers will arrive
with stories of a nocturnal sun
despondent, burning implacably
in the deepest shade of a thousand shadows.
They will tell you of the
serene indifference of God.
They will draw you by the hand
through bruised alleyways
and prove the desperation of man
rejected from the beauty of an unearthly realm.
The news will arrive
as a tribute to the death of oracles.
Sparing words of purpose
the messengers will announce the
cold fury of realism's cave.

Someday, the messengers will send their thoughts
through books that have no pulse.
You will be accused of weakness
that drowns you in servitude.
A queer rivalry will beset you
and your life will crawl like an awkward beast
that has no home.

And you, my dearest friends,
who are truth -- who were all along,
will renew your devotion
to a powerful image in a distant mirror.
You will listen to these stories
and tear at your silent heart
with animal claws that are dulled
by the stone doors of time.
Where the unattested is confirmed
your vestige-soul is stored.
It will strengthen you
and cradle you in the light
of your own vision,
which will be hurled like lightening
through twilight's dull corridor.

The messengers will cry
at the sound of your rejection.
They will scream: "Do you want to be a
lowly servant and lonely saint?"

Mutants of the light
are always tested with doubts
of a swollen isolation
and the promise of truth's betrayal.
Listen without hearing.
Judge without pardon.
The grand parasite of falsehood
will prevail if you believe only your beliefs.

Someday, when all is clear to you --
when the winds have lifted all veils
and the golden auberge is the locus
of our souls --
you will be tested no more.
You will have reached destiny's lodge
and the toilsome replica of God
is jettisoned for the pure and perfect.


A Fire For You

On this, the shortest day of the year,
I have journeyed to the Great Plains
to build a fire for you.

The night air is cold like a cellar
cut from ancient stones.
But I found some wood among the deserted plains
buried under the grasses and dirt,
hidden away like leaves
that had become the soil.
After I cleaned the wood by hand -- its dirt beneath
my nails and the fabric of my cloth
I sent a flame
combusted by the mere thought of you.
And the wood became fire.

There were hermit stars that gathered
overhead to keep me company.
Your spirit was there as well
amidst the fire's flames.
We laughed at the deep meaning of the sky
and its spacious ways.
Marveling at the flat mirror of the plain
that sends so little skyward,
like the hearts of children denied
a certain kind of love.

You played with spirits
when you were young among these fields.
You didn't know their names then.
I was one.
Even without a name, or body,
I watched your gaze, unrelenting to the things
that beat between the
two mirrors of the sky and plain.

I believe it was here also
that you learned to speak with God.
Not in so many words as you're now accustomed,
but I'm certain that God listened to your life
and gathered around your fire
for warmth and meaning.
In the deserted plains he found you set apart
from all things missing.

Dear spirit, I have held this vigil for so long,
tending fires whose purpose I have forgotten.
I think warmth was one.
Perhaps light was another.
Perhaps hope was the strongest of these.

If ever I find you around my fire,
built by hands
that know your final skin,
between the sheets of the sky and plain,
I will remember its purpose.
In barren fields
that have long been deserted by the hand of man
I will remember.
In the deepest eye of you
I will remember.
In the longest night of you
I will remember.

On this, the shortest day of the year,
I have journeyed to the Great Plains
to build a fire for you.
_________________
ἄγγελος


Dernière édition par επισκέπτης le Ven 14 Oct - 23:38 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 8 Oct - 00:25 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Papou


Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2011
Messages: 1 287

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 11:59 (2011)    Sujet du message: La poésie des Wingmakers Répondre en citant

Someday, when all is clear to you --
when the winds have lifted all veils
and the golden auberge is the locus
of our souls --
you will be tested no more.
You will have reached destiny's lodge
and the toilsome replica of God
is jettisoned for the pure and perfect.


Un jour quand tout sera devenu clair pour toi
Quand les vents auront levé tous les voiles
Et que l'auberge dorée sera devenue la demeure
de nos âmes --
Tu ne seras plus éprouvé.
Tu auras atteint la loge de la destinée
Et la douloureuse réplique de Dieu
Sera remplacée par le pur et le parfait.
Revenir en haut
Suyihah
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2011
Messages: 2 666

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 12:10 (2011)    Sujet du message: La poésie des Wingmakers Répondre en citant

Je lis pas l'anglais, Rolling Eyes

(merci papou pour la traduction)

Moi la prochaine fois je vous mets un texte en serbo croate Mr. Green
_________________
Laissez les morts enterrer leurs morts
Revenir en haut
Papou


Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2011
Messages: 1 287

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 12:44 (2011)    Sujet du message: La poésie des Wingmakers Répondre en citant

Ces textes WM sont de vraies merveilles, quand ils sont parus je les ai tous traduits, il y avait à une époque des traductions en Français disponibles sur le site dont une de moi, "Ancient Arrow project", mais ça fait quelques années que je ne lis plus ce site. Je dois avoir encore les traductions sur mon ordi, sauf la chambre 24 justement puisqu'à l'époque elle n'avait pas encore été publiée..lol
Revenir en haut
επισκέπτης


Hors ligne

Inscrit le: 13 Juin 2011
Messages: 1 055

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 13:09 (2011)    Sujet du message: La poésie des Wingmakers Répondre en citant

Hello Papou. Ce serait sympa si tu pouvais toutes les mettre (les traductions) à la suite dans ce post qu'on renommerai, si ça te dit Okay
Bon, je pars grimper...
_________________
ἄγγελος
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Papou


Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2011
Messages: 1 287

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 15:32 (2011)    Sujet du message: La poésie des Wingmakers Répondre en citant

Bien sur amigo, je vais les chercher de ce pas!
Revenir en haut
Papou


Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2011
Messages: 1 287

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 15:37 (2011)    Sujet du message: La poésie des Wingmakers Répondre en citant

Je vais faire comme toi, d'abord en Anglais puis en Français dans le même post!
Revenir en haut
Papou


Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2011
Messages: 1 287

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 15:45 (2011)    Sujet du message: La poésie des Wingmakers Répondre en citant

CHAMBRE 1

Compassion

Angels must be confused by war.
Both sides praying for protection,
yet someone always gets hurt.
Someone dies.
Someone cries so deep
they lose their watery state.

Angels must be confused by war.
Who can they help?
Who can they clarify?
Whose mercy do they cast to the merciless?
No modest scream can be heard.
No stainless pain can be felt.
All is clear to angels
except in war.

When I awoke to this truth
it was from a dream I had last night.
I saw two angels conversing in a field
of children's spirits rising like silver smoke.
The angels were fighting among themselves
about which side was right
and which was wrong.
Who started the conflict?

Suddenly, the angels stilled themselves
like a stalled pendulum,
and they shed their compassion
to the rising smoke
of souls who bore the watermark of war.
They turned to me with those eyes
from God's library,
and all the pieces fallen
were raised in unison,
coupled like the breath
of flames in a holy furnace.

Nothing in war comes to destruction,
but the illusion of separateness.
I heard this spoken so clearly I could only
write it down like a forged signature.
I remember the compassion,
mountainous, proportioned for the universe.
I think a tiny fleck still sticks to me
like gossamer threads
from a spider's web.

And now, when I think of war,
I flick these threads to all the universe
hoping they stick on others as they did me.
Knitting angels and animals
to the filamental grace of compassion.
The reticulum of our skyward home.


Compassion


La guerre doit plonger les anges dans l'embarras.
Les deux côtés priant pour réclamer leur protection,
Et cependant il y a toujours quelqu'un de blessé.
Quelqu'un qui meurt.
Quelqu'un qui crie si fort
qu'ils perdent leur fluidité.

La guerre doit rendre les anges confus.
Qui peuvent-ils aider?
Qui peuvent-ils clarifier?
Quelle grâce peuvent-ils envoyer au disgracieux?
Aucun cri de modestie ne peut être entendu.
Aucune douleur sans tache ne peut être ressentie.
Tout est très clair pour les anges, sauf dans la guerre.

Lorsque je me suis éveillé à cette vérité,
c'était après un rêve la nuit dernière.
J'ai vu deux anges converser dans un champ d'esprits enfantins
s'élevant comme une lumière argentée.
Les anges se disputaient
pour savoir lequel des deux côtés avait raison,
et lequel avait tort.
Qui avait démarré le conflit?

Soudain, les anges s'immobilisèrent
comme un pendule figé,
et ils envoyèrent leur compassion
dans la fumée qui s'élevait
des âmes délimitant l'origine de la guerre.
Ils tournèrent vers moi leurs yeux
de bibliothécaires divins,
Et tous les morceaux tombés s'élevèrent à l'unisson,
assemblés comme un souffle
de flammes dans une divine fournaise.

Rien dans la guerre n'est détruit,
sauf l'illusion de la séparation.
J'ai entendu dire cela si clairement
que je n'ai pu que l'écrire
comme une signature forgée.
Je me souviens de la compassion,
Immense, à la dimension de l'univers.
Je pense qu'un léger flocon en est encore collé à moi,
Comme un fil de la vierge
de la toile d'une araignée.

Et maintenant, quand je pense à la guerre,
Je projette ces fils dans tout l'univers
espérant qu'ils adhéreront aux autres comme ils l'ont fait sur moi
tissant les anges et les animaux
par le filament de grâce de la compassion
Le réticule de notre demeure céleste.


Dernière édition par Papou le Sam 15 Oct - 11:07 (2011); édité 3 fois
Revenir en haut
Papou


Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2011
Messages: 1 287

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 15:49 (2011)    Sujet du message: La poésie des Wingmakers Répondre en citant

Listening

I am listening for a sound beyond sound
that stalks the nightland of my dreams,
entering rooms of fossil-light
so ancient they are swarmed by truth.

I am listening for a sound beyond us
that travels the spine's
invisible ladder to the orphic library.
Where rebel books revel in the unremitting light.
Printed in gray, tiny words with quicksand depth
embroidered with such care they
render spirit a ghost, and God,
a telescope turned backwards upon itself
dreaming us awake.

Never-blooming thoughts surround me
like a regatta of crewless ships.
I listen leopard-like,
canting off the quarantine of bodies
sickened by the monsoon of still hearts.
There is certain magic
in the heartbeat which crowds the sound I seek,
but it is still underneath the beating I wish to go.
Underneath the sound of all things
huddled against the tracking dishes
that turn their heads to the sound of stars.

I am listening for a sound unwound,
so vacant it stares straight with the purity to peer
into the black madness of time
sowing visions that oscillate in our wombs
bearing radiant forms as the substrate of our form.

When I look to the compass needle
I see a blade of humility
bent to a force waylaid like wild rain
channeled in sewer pipes.
Running underground
in concrete canals that quiver,
laughing up at us as though we were lost
in the sky-world with no channel for our ride.

I am listening for a sound
in your voice,
past the scrub terrain of your door
where my ear is listening on the other side.
Beneath your heart where words go awkward
and light consumes the delicate construction of mingled lives.
I can only listen for the sound I know is there,
glittering in that unpronounceable, stateless state
quarried of limbs so innocent
they mend the flesh of hearts.


Ecoute

J'écoute un son derrière le son
qui approche le paysage nocturne de mes rêves
pénétrant les pièces de lumière fossile
si antiques qu'ils sont éparpillés par la vérité.

J'écoute un son au delà de nous
qui voyage sur l'invisible échelle de l'épine
jusqu'à la bibliothèque orpheline.
Ou les livres rebelles festoient dans la lumière sans repos.
Imprimés en petits mots gris aux profondeurs de sables mouvants
brodés avec tant de délicatesse qu'ils
font d'un fantôme un esprit, et de Dieu,
un télescope retourné sur lui-même
nous rêvant éveillé.

Des pensées qui ne fleurissent jamais m'entourent
comme une régate de navires sans équipage.
J'écoute comme le léopard,
l'incantation de quarantaine des corps
rendus malades par la mousson des coeurs immobiles.
Il y a une certaine magie
dans le battement du coeur qui rassemble le son que je recherche,
mais il est toujours en dessous du battement que je veux atteindre.
Sous jacent au son de toutes choses
assemblé contre les paraboles traqueuses
qui tournent leurs têtes vers le son des étoiles.

J'écoute un son invaincu,
si vide qu'il regarde fixement avec pureté pour rejoindre
la noire folie du temps
semant des visions qui oscillent dans nos matrices
supportant des formes radiantes comme un substrat de notre forme.

Quand je regarde l'aiguille de la boussole,
je vois une lame d'humilité
soumise à une force inattendue comme une pluie sauvage
canalisée en un égout,
courant en sous-sol
en canaux concrets qui frissonnent,
se moquant de nous comme si nous étions perdus
dans le monde du ciel, sans chemin pour notre chevauchée.

J'écoute un son
dans ta voix,
au delà du terrain désertique de ta porte,
ou mon oreille écoute de l'autre côté.
Au dessous de ton coeur où les mots deviennent désorientés
et où la lumière consume la délicate construction des vies mensongères.
Je peux seulement écouter le son que je sais être là,
murmurant dans cet imprononçable état sans état,
transporté des limbes si innocentes
qu'elles revigorent la chair des coeurs.


Dernière édition par Papou le Sam 15 Oct - 11:09 (2011); édité 2 fois
Revenir en haut
Papou


Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2011
Messages: 1 287

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 15:51 (2011)    Sujet du message: La poésie des Wingmakers Répondre en citant

CHAMBRE 2

The Language of Innocence

When a river is frozen,
underneath remains a current.
When the sky is absent of color
beneath the globe another world comes to light.
When my heart is alone
somewhere another heart beats my name
in code that only paradise can hear.

Is my heart deaf
or is there no one
who can speak the language of innocence?
Innocence, when words
suffer meaning and gallop away in its presence.
I have seen it.
Felt it.
I have loosened its secrets in the blushing skin
when upturned eyes witness its home
and never turn away.
And never turn away.

There is this world
of slumbering hearts and hollow love,
but it cannot carry me to daylight.
My craving is so different
and it can never be turned away.


Le Langage de l'Innocence

Quand une rivière est gelée,
en dessous demeure un courant.
Quand le ciel est sans couleur,
de l'autre côté du globe, un autre monde vient à la lumière.
Quand mon coeur est solitaire,
quelque part un autre coeur rythme mon nom,
dans un code que seul le paradis peut entendre.

Mon coeur est-il sourd,
ou n'y a-t-il personne
pour parler le langage de l'innocence?
L'innocence, quand les mots
souffrent la signification, et s'enfuient en sa présence.
Je l'ai vue.
Ressentie.
J'en ai délié les secrets dans la peau rougissante,
quand les yeux révulsés témoignent de sa demeure,
et jamais ne vous renvoie.
Et jamais ne vous renvoie.

Il y a ce monde
des coeurs qui sommeillent et de l'amour creux,
mais il ne peut m'amener à la lumière du jour.
Ma supplique est tellement différente,
Elle ne peut jamais être renvoyée.


Dernière édition par Papou le Sam 15 Oct - 11:11 (2011); édité 3 fois
Revenir en haut
Papou


Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2011
Messages: 1 287

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 16:06 (2011)    Sujet du message: La poésie des Wingmakers Répondre en citant

Temptress Vision

A temptress vision has encircled me like a
willful shadow of a slumbering dream.
Is it the powerful light of purpose?
If I squint with all my strength I may see it.
Always must it be inside of me
like a pilot fish inseparable from its host.
It fearlessly drinks my essence.
Such a bitter taste I muse.
Spit it out upon your table of perfection.
Compare this grain of sand with your galaxy.
This spire of sorrow with your deepest eye.
If my callous mind can see you,
there are no interventions.
No pathway away.
Convergence.

I am a lock-picker.
A tunnel-digger.
A fence-cutter of the wicked watchers.
A traveler that has sought
the mystery that alludes all but the outlaws.
The wild-eyed, unrelenting fools of purpose
that remain outside the laboratory of wingless flight.

You are the eternal Watcher
who lives behind the veil of form and comprehension,
drawing forth the wisdom of time
from the well of planets.
You cast your spell and entrain all that I am.
Am I just a fragment of your world?
A memory hidden by time?
A finger of your hand driven by a mind
unfamiliar with skin.
Touch yourself and you sense me.
Visions wild with love.
Splendor that beckons like a secret whisper of gladness
spread on the winds by an infinite voice.
The sound of all things unified.
I am part of that voice.
Part of that sound.
Part of that secret whisper of gladness.

This limitation must end in lucid flesh.
The dream of sparks ascending
quickening the cast of hope.
Avoid the brand of passivity
the signs complain.
Shun manipulation before you are stained.
Spurn all formula and write new equations
in the language of sand.


Heed no other,
nor listen to the seduction of holy symbols
standing before the windows of truth.
Define from a foreign tongue.

These are the battered keys
that have led me to unlocked doors.
Doors that collapse at a mere breath
and behind which
lay more pieces to collect for the Holy Menagerie.
The never-ending puzzle.

All the stars in the sky
recall the purpose of your hallowed light.
Burn a hole through the layers.
Peel all the mockery away.
Enjoin the powers
to answer this call:
Bring the luminous vision
hidden behind the whirling particles
of the Mapmaker.
Let it enter me
like a shaft of light that enters a cave's deepest measure.
Ancient fires still burn in these depths.
Who tends them?
What eyes are watching?
Waiting.
Waiting for time's flower to bloom.
To submerge in the relentless subtlety
that moves beyond my reach
with a jaguar's stealth.
To dream of elder ways
that leap over time
and leave behind the puzzle of our making.

O' temptress vision
you steal my hunger for human light.
If there is anything left to hollow
let it be me.
If there is anything left to cage
let it run free.
If there is anything left to dream
let it be our union.


Vision Tentatrice

Une vision tentatrice m'a encerclé
comme l'ombre délibérée d'un rêve endormi.
Est-ce la puissante lumière de l'intention?
Si je louche de toute mes forces, je peux la voir.
Toujours, elle doit être à l'intérieur de moi
comme un poisson pilote inséparable de son hôte.
Elle s'abreuve, sans peur, à mon essence.
Un goût tellement amer je suppose.
Crache le sur ta table de perfection.
Compare ce grain de sable avec ta galaxie.
Cette spirale de chagrin avec ton oeil le plus profond.
Si mon esprit endurci peut te voir,
il n'y a pas d'intervention.
Pas de chemin éloigné.
Convergence.

Je suis un voleur de serrure.
un creuseur de tunnel.
Le briseur de barrières des vilains voyeurs.
Un voyageur qui a cherché
le mystère qui parle de tous sauf des hors la loi.
Les intrépides fous de l'intention aux yeux sauvages
qui demeurent hors du laboratoire du vol sans ailes.

Tu es l'éternel Observateur
qui vit derrière le voile de la forme et de la compréhension,
extrayant la sagesse du temps hors du puits des planètes.
Tu envoie ton appel, et entraîne tout ce que je suis.
Suis-je seulement un fragment de ton monde?
Une mémoire cachée par le temps?
Un doigt de ta main conduit par un esprit
inhabitué à la peau.
Touche toi et tu me ressens.
Des visions sauvages de l'amour.
Une splendeur qui vous appelle comme un souffle secret de la joie
répandu sur les vents par une voix infinie.
Le son de toutes choses unifiées.
Je suis une partie de cette voix.
Une partie de ce son.
Une partie de ce secret soupir du bonheur
Cette limitation doit finir en chair consciente.
Le rêve d'étincelles ascensives
accélérant le jaillissement de l'espoir.
Evitant le mélange de la passivité,
la plainte des signes.
Evite les manipulations avant d'être rouillé.
Repousse toutes les formules et écris les nouvelles équations,
dans la langue du sable.

N'observe rien d'autre,
ne prête pas non plus attention à la séduction des symboles saints
qui se tiennent devant la fenêtre de la vérité.
Définis dans une langue étrangère.

Ce sont les clefs battues en brèche
qui m'ont conduit aux portes déverrouillées.
Les portes qui s'évanouissent au moindre souffle
et derrière lesquelles
se trouvent d'autres pièces de collection pour la Sainte Ménagerie.
Le puzzle qui ne finit jamais.

Toutes les étoiles du ciel rappellent le destin de votre lumière consacrée.
Brûle un trou à travers les couches.
Enlève toute la dérision en la pelant.
Fais injonction aux puissances,
de répondre à cet appel:
Amène la vision lumineuse
cachée derrière les particules tourbillonnantes
de l'imprimeur des cartes.
Laisse la entrer en moi,
comme un rayon de lumière entre
dans la plus profonde dimension d'une caverne.
Des feux antiques brûlent encore dans ces profondeurs.
Qui en prend soin?
Quels yeux les surveillent?
Attendant.
Attendant que les fleurs du temps s'épanouissent.
pour s'immerger dans l'inexorable subtilité
qui se déplace au delà de mon atteinte
avec la furtivité du jaguar.
Pour rêver des chemins anciens,
qui s'élancent par dessus le temps,
et laissent en arrière le puzzle de notre création.

O vision tentatrice,
tu dérobes ma faim de lumière humaine.
S'il me reste quelque chose à creuser
que ce soit moi.
S'il reste quelque chose à emprisonner
laisse le courir libre.
S'il reste quelque chose à rêver
que ce soit notre union.


Dernière édition par Papou le Sam 15 Oct - 11:12 (2011); édité 2 fois
Revenir en haut
Papou


Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2011
Messages: 1 287

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 16:13 (2011)    Sujet du message: La poésie des Wingmakers Répondre en citant

CHAMBRE 3

Bandages of the Beast

There were many random omens.
Sending olive branches with thorns was
only one of your repertoire.
You offered me a book
where all the answers lay encoded in
some strange dialect.
Symbols undulating like serpents restless for food.

If I was windborne as a lambent seed you
would still the air
and I would fall into the thicket.
If I yearned for sweet water
you would pass me the bitter cup.
If I was an injured fawn you would flush me
from the cloister, corner me against cold stone,
and admire my fear.

Everywhere I steer I seek the one look of love;
yet love humbles itself like a mannequin
changing its clothes to accommodate the dressmaker.
Underneath there are bandages of the beast.
Underneath there is the tourniquet of deliverance.
But beneath the shell there is emptiness, so defiant
it is clothed in finery that neither
dressmaker nor beast can touch.

You have mistaken my search as my soul.
Raking through it for clumps of wisdom,
you have found only what I have lost to you.
Held like rootless dreams
I will vanish in your touch.

If you pass your rake over this emptiness
you will feel clumps of my spirit.
You will find me like tiny pieces of mirror broken
apart yet still collected in one spot.
Still staring ever skyward.
Still reflecting one mosaic image.
Still the accompanist of myself.

Les Bandeaux de la Bête

Il y avait de nombreux présages au hasard.
Envoyer des branches d'olivier avec des épines
n'en était qu'un parmi ton répertoire.
Tu m'offris un livre,
où toutes les réponses étaient encodées
dans quelque étrange dialecte.
des symboles ondoyants comme des serpents à la recherche de nourriture.

Si j'étais né du vent comme une graine lumineuse,
tu figerais l'air,
et je tomberais dans le bosquet.
Si je me languissais d'eau douce,
tu me tendrais la coupe amère.
Si j'étais un faon blessé, tu me ferais m'échapper du cloître,
m'acculerait contre la pierre froide,
et admirerais ma peur.

Partout où je me dirige je cherche l'unique regard de l'amour;
cependant l'amour s'humilie tel un mannequin,
changeant de vêtement pour arranger le couturier.
En dessous il y a des bandages de la bête.
En dessous il y a le tourniquet de la délivrance.
Mais en dessous de la coquille, il y a de la vacuité, tellement rebelle
elle est habillée d'atours que ni le couturier ni la bête ne peuvent toucher.

Tu as trompé ma recherche comme mon âme.
La ratissant pour trouver des paquets de sagesse,
tu n'as trouvé que ce que je t'ai abandonné.
Présenté comme des rêves sans racine
je m'évanouirai sous ton toucher.

Si tu passes ton râteau sur cette vacuité
tu sentiras des paquets de mon esprit.
Tu me trouveras comme de petits morceaux de miroir brisés
éparpillés et cependant rassemblés en un point.
Fixant, encore et toujours le ciel.
Réfléchissant encore une image en mosaïque.
Encore accompagnateur de moi même.


Dernière édition par Papou le Sam 15 Oct - 11:14 (2011); édité 3 fois
Revenir en haut
Papou


Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2011
Messages: 1 287

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 16:15 (2011)    Sujet du message: La poésie des Wingmakers Répondre en citant

Half Mine

When I see your face I know you are half mine
separated by the utmost care to remember all of you.
When I undress my body I see that I am half yours
blurred by sudden flight that leaves
the eye wondering what angels carved in their hearts
to remind them so vividly of their home.

When I see your beauty I know you are half mine
never to be held in a polished mirror
knowing the faithful hunger of our soul.
When I watch your eyes I know they are half mine
tracing a trajectory where sensual virtue is the very spine of us.
When I hold your hand I know it is half mine
wintered in kinship, it circles tenderness
beneath the moon and well of water when the feast is done.
When I kiss your lips I know they are half mine
sent by God's genealogy to uncover us
in the delicious cauldron of our united breath.

When I hear you cry I know your loneliness is half mine
so deep the interior that we are lost outside
yearning to give ourselves away
like a promise made before the asking.
And when I look to your past I know it is half mine
running to the choke cherry trees
invisible to the entire universe we found ourselves
laughing in sudden flight
eyeing the carved initials in our hearts.
Sparing the trees.

Moitié Mienne

Quand je vois ton visage je sais que tu es moitié mienne,
séparée avec un soin extrême pour me rappeler de ta totalité.
Quand je me déshabille de mon corps, je sais que je suis moitié tien,
terni par un envol soudain qui laisse
les yeux se demander ce que les anges ont gravé dans leurs coeurs,
pour se rappeler avec tellement d'éclat leur demeure.

Quand je vois ta beauté je sais que tu es moitié mienne,
ne pouvant jamais être contenue dans un miroir sans faille,
connaissant la faim fidèle de notre âme.
Quand je regarde tes yeux, je sais qu'ils sont à moitié miens,
dessinant une trajectoire ou la vertu sensuelle est notre colonne vertébrale.
Quand je tiens ta main je sais qu'elle est moitié mienne,
nourrie en hiver par affinité, elle encercle la tendresse
sous la lune, et une source d'eau quand la fête est terminée.
Quand j'embrasse tes lèvres je sais qu'elles sont moitié miennes,
envoyées par la généalogie de Dieu pour nous découvrir
dans le chaudron délicieux de nos souffles unifiés.

Quand je t'entend pleurer, je sais que ta solitude est moitié mienne,
si profonde à l'intérieur que nous sommes perdus au dehors,
nous affligeant pour nous donner,
comme une promesse faite avant la demande.
Et quand je regarde ton passé, je sais qu'il est moitié mien,
courant à suffoquer vers des cerisiers
invisibles pour l'univers entier, nous nous retrouvions
riant en vols soudains
reluquant les initiales gravées dans nos coeurs.
Epargnant les arbres.


Dernière édition par Papou le Sam 15 Oct - 11:15 (2011); édité 2 fois
Revenir en haut
Papou


Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2011
Messages: 1 287

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 16:17 (2011)    Sujet du message: La poésie des Wingmakers Répondre en citant

CHAMBRE 4


Missing

Facing another evening without you
I am torn from myself
in movements of clouds,
movements of earth spinning
like the sure movement of lava as it rolls to sea.
Yet when I arrive
you are still gone from me
23 footsteps away;
a cluster of punishment.
A bouquet of the abyss.

When I look to the east I think of you
softly waiting for the vines to abdicate
their portion of your heart.
So you can be chiseled out of the matrix
with smooth hammer strokes
from my hands.
Freed of the coal, the black rot
of untouched shoulders,
you can open your eyes again
flashing the iridescent animals,
valiant vibrations of your rich spirit.

Centerpiece of my table
I stare at you in candlelight,
the windows behind, black in their immensity,
only enlarge you.
Making you more of what I miss.
The procession of prophecies
has entered me again
casting doubt in my mind like rain
on dead leaves.

I go among your body
to feel the presence of your heart beating
something golden spun from another world.
You cannot feel me.
I am invisible in all ways to you, but one.
A reflection in the mirror.
Beneath your eyes
you see me dancing away the body.
Dancing away the mind.
Dancing away the incarnations
of my absence.

Le Manque

En face d'un autre soir sans toi,
je suis déchiré de moi-même,
dans les mouvements des nuages,
les mouvements de la terre tournant sur elle-même,
comme le mouvement confiant de la lave qui roule vers la mer.
Cependant, lorsque j'arrive,
Tu es encore partie de moi
Eloignée de 23 pas;
Un assemblage de punitions,
Un bouquet des abysses.

Quand je regarde à l'Est, je pense à toi
attendant doucement que les vins m'abandonnent
leur partie de ton coeur.
Pour que tu puisse être ciselée hors de la matrice,
avec les doux martèlements de mes mains.
libérée du charbon, la noire pourriture
des épaules intactes,
tu peux ouvrir à nouveau les yeux,
flasher ces animaux iridescents,
vaillantes vibrations de ton esprit surabondant.

Pièce centrale de ma table,
je t'observe dans la lumière des bougies,
les fenêtres derrière, noires, dans leur immensité,
ne te rendent que plus grande.
Faisant encore plus de toi ce qui me manque.
La procession des prophéties
est encore entrée en moi,
semant le doute en mon esprit comme une pluie
sur des feuilles mortes.

Je vais de part ton corps,
pour ressentir la présence de ton coeur battant,
quelque chose de doré, tourbillonnant d'un autre monde.
Tu ne peux me sentir.
Je suis invisible pour toi par tous les sens, sauf un.
Une réflexion dans le miroir.
Sous tes yeux,
tu me vois danser hors du corps,
Danser hors de l'esprit.
Danser hors des incarnations
de mon absence.


Dernière édition par Papou le Sam 15 Oct - 11:17 (2011); édité 2 fois
Revenir en haut
Papou


Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2011
Messages: 1 287

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 16:22 (2011)    Sujet du message: La poésie des Wingmakers Répondre en citant

One Day

One day,
out of this fleshy cocoon
I will rise like a golden bird of silent wing
graceful as the smoke of a fallen flame.
I will dream no more of places
hidden--secreted away in heaven's cleft
where the foot leaves no print.

One day,
I will walk in gardens holding hands
with my creation and creator.
We will touch one another
like lovers torn by death
to say goodbye.
We will lay in one another's arms
until we awaken as one
invisible to the other.

One day,
I will isolate the part of me
that is always present.
I will dance with it
like moonlight on water.
I will hold it to myself in a longful embrace
that beats perfection
in the hymn of the Songkeeper.

One day,
when I curl away inside myself
I will dream of you
this flesh-covered-bone of animal.
I will yearn to know your life again.
I will reach out to you
as you now reach out to me.
Such magic!
Glory to covet the unknown!
That which is
is always reaching for the self
that cheats appearances.
Who dreams itself awake and asleep.
Who knows both sides of the canvas
are painted, awaiting the other
to meld anew.

Un Jour

Un jour,
hors de ce cocon de chair
je m'élèverai comme un oiseau doré aux ailes silencieuses,
aussi gracieux que la fumée d'une flamme vacillante.
Je ne rêverai plus d'endroits
cachés-secrétés par les clivages du ciel,
ou le pied ne laisse aucune empreinte

Un jour,
je marcherai dans les jardins,
tenant la main de ma création et de mon créateur.
Nous nous toucherons l'un l'autre,
comme des amoureux éplorés par la mort,
pour se dire au revoir.
Nous reposerons dans les bras l'un de l'autre,
jusqu'à ce que nous nous éveillions,
invisibles l'un pour l'autre.


Un jour,
j'isolerai cette partie de moi,
qui est toujours présente.
Je danserai avec elle,
comme le clair de lune sur l'eau.
Je la garderai pour moi dans un long enlacement
qui bat la perfection
dans l'hymne du gardien des chants.

Un jour,
Quand je tomberai en boucles à l'intérieur de moi-même,
je rêverai de toi ;
ces os couverts de chair animale.
Je languirai de connaître à nouveau ta vie.
Je te rejoindrai comme tu me rejoins maintenant.
Tellement magique!
Gloire d'appartenir à l'inconnu!
Celui qui est,
est toujours à la recherche du soi,
qui truque les apparences.
Qui rêve de lui-même éveillé et endormi.
Qui sait que les deux faces de la toile sont peintes,
attendant l'autre pour faire un nouveau mélange.


Dernière édition par Papou le Sam 15 Oct - 11:18 (2011); édité 2 fois
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:38 (2016)    Sujet du message: La poésie des Wingmakers

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Art -> Poésie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5  >
Page 1 sur 5

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com