Index du Forum




 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Notre Véritable « Genèse » ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Actualités -> Histoire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
επισκέπτης


Hors ligne

Inscrit le: 13 Juin 2011
Messages: 1 055

MessagePosté le: Jeu 29 Sep - 20:21 (2011)    Sujet du message: Notre Véritable « Genèse » ? Répondre en citant

Notre Véritable « Genèse »
Pour paraphraser Zecharia Sitchin, nombre de savants n’ont en fait aucune idée de l’identité des sumériens (la civilisation qui précéda les Babyloniens), de leur origine et surtout du comment et du pourquoi de la naissance et de l’éclosion de cette civilisation qui s’est installée à peu de choses près là où se trouve l’Irak actuelle.
Celle-ci apparut soudainement comme surgie de nulle part vers 3800 ans avant JC.
Plusieurs éminents archéologues tels H. Frankfort, Pierre Amiet, Leo Oppenhein etc sont tous frappés de stupeur et d’admiration face à cette explosion soudaine, “ extraordinaire ”, “ époustouflante ”, “ cette période incroyablement courte pendant laquelle une civilisation a surgi ”, une civilisation qui donnera naissance à toutes les grandes civilisations du monde, selon Joseph Campbell auteur des “Masks of God”.
Personne donc n’explique pourquoi une civilisation aussi sophistiquée, dotée d’une véritable organisation sociale s’adonnant au commerce, à la guerre et aux jeux du pouvoir ait surgit d’un seul coup au milieu d’une région habitée par des nomades primitifs vivant de chasse et de cueillette, une civilisation, qui, nous le répétons, constitue la racine sur laquelle la nôtre s’est déployée.

La réponse est devant nos yeux ou plutôt devant les yeux des archéologues et linguistes qui ont examiné les dizaines de milliers de textes sumériens gravés sur des plaquettes d’argile qui nous sont parvenues depuis la fin du 19 e siècle.
Les sumériens le disent eux-mêmes dans leurs plaquettes : sans ceux qu’ils nomment les dieux, il n’y aurait pas eu de civilisation, pas d’architecture, pas de lois, pas de commerce, pas de science.
Dans le panthéon des nombreux “dieux” sumériens (il y en a 12 principaux aidés par une kyrielle de «dieux» serviteurs, officiers, scientifiques, bâtisseurs, etc. : les fameux Anunnakis).
An ou Anou et son épouse Antou qui résidaient dans une demeure céleste. Anou est le patriarche d’une famille de dieux très remuante, le chef suprême des cieux et de la terre et qui arbitre tous les litiges, donne les sanctions ou récompense selon son bon vouloir.
Ce qui est étrange, c’est que pour recevoir et accueillir Anou, les textes soulignent la nécessité de l’édification d’une demeure, d’un temple (suivant des instructions architecturales très précises) et de tout un protocole d’accueil. Étrange pour une créature divine qui devrait normalement avoir la capacité d’apparaître n’importe où et n’importe quand. Il n’en est rien pour les dieux sumériens qui constituent plutôt une famille, un clan aux lignées et à la hiérarchie complexe et nombreuse.
Quant à l’édifice appelé explicitement par les sumériens “ la maison qui sert à descendre des cieux ”, il fait plutôt penser à un astroport, à un lieu abritant une technologie et une procédure minutieuse qui permet aux dieux de se manifester.
Malheureusement, le texte décrivant par le détail comment Anou et son épouse se manifestent et quels rituels suivis de repas de fêtes doivent être observés ont été détruits, du moins dans la partie la plus intéressante, celle concernant l’arrivée proprement dite d’Anou sur dans son palais terrestre.
Aux côtés d’Anou, une autre figure fondamentale du panthéon sumérien : son fils Enlil dont le nom signifie selon Sitchin, “ le seigneur de l’espace aérien ” qui s’avère être le seigneur du ciel et de la terre.
Selon la croyance, Enlil arriva sur terre bien avant qu’elle ne fut colonisée et que ne s’y développe une civilisation.
Un texte appelé “L’hymne à Enlil, le bienfaiteur de tout” relate tous les aspects de la civilisation qui ont existé “ grâce aux instructions d’Enlil ”.
Donc, ces dieux, plus particulièrement Enlil, ont laissé en un temps reculé des instructions précises pour toutes choses, des sortes de modes d’emploi afin “ qu’on exécute partout ses ordres ”. “ Nulle ville ne serait construite, nulle colonie ne serait fondée; nulle étable ne serait construite, nul parc à moutons dressé; nul Roi ne serait élevé, nul grand prêtre né ”.
En d’autres termes, sans ces “dieux” interventionnistes, colonialistes et matérialistes, la civilisation humaine n’aurait pas connu une naissance à partir de rien ainsi que cette brutale accélération.
Ce “berger” des hommes autre surnom d’Enlil ressemble en tout point à un éleveur propriétaire d’un cheptel… ”Humain” aux qualités surhumaines.
Ne fut-ce qu’en ce qui concerne la longévité puisqu’il était là avant le temps des hommes et qu’il a présidé à l’édification de leurs villes en ayant pris soin de construire au préalable sa propre cité, Nippour.
Enlil serait selon certains savants un personnage à la fois bon et colérique puisqu’il n’hésitait pas à abattre son ire sur les hommes et à les rayer de la carte si ceux-ci lui déplaisaient.
Il serait le dieu créateur du fameux déluge biblique.
Enlil avait un frère aîné, Enki qui, à cause d’un tirage au sort qui lui fut défavorable, raconte les chroniques sumériennes, reçut en guise de territoire les mers et les eaux alors qu’en théorie, étant le premier de la lignée, il aurait dû recevoir en gestion le beau morceau du territoire, les terres. Il en conçut une grande jalousie à l’encontre de son frère Enlil ainsi qu’un caractère farouche et rebelle par rapport à Anou, aux autres dieux et à la hiérarchie et donc plus proche des hommes. Selon certains chercheurs, c’est Enki (ou encore Ea, qui signifie maison-eau) qui voulut sauver l’être humain qu’il avait créé et qu’il considérait comme son favori, le fameux Noé mésopotamien. Ingénieur, architecte, Enki est celui qui a initié les hommes à l’élevage et aux techniques de construction moderne (les briques).
Enki avait une compagne qui n’était autre que sa demi-sœur, Nihoursag appelée également Ninti (dame de la vie ou dame de la côte) ou Mammu, un nom qui est on ne peut plus explicite.
Elle est considérée comme une médecin, infirmière, “ sage femme chef responsable des installations médicales ” (voir la 12 ième planète de Z.Sitchin aux éditions Louise Courteau).
C’est grâce aux instructions et à la “recette” que possédait Enki que Nihoursag créa le premier homme “Adapa” ou “homme modèle” dans lequel certains savants voient le fameux Adama ou Adam biblique.
Sa compagne fut conçue par Nihoursag, comme dans la Bible à partir de la côte d’Adapa. Tous ces récits sumériens foisonnent de guerres colossales entre “dieux” qui s’affrontent à l’aide d’engins volants et d’armes crachant des éclairs et du feu, des flèches semblables à des missiles symbolisés par un pictogramme on ne peut plus clair.
Les hommes, les Rois et les cités n’existent que par la bonne volonté de ces dieux et sont soumis aux aléas de leurs guerres fratricides et querelles de succession. Ces récits épiques et les 12 “dieux” du panthéon sumérien se retrouvent non seulement dans les Védas, ces textes religieux d’Inde mais aussi dans la Bible. Seuls, les noms et certains détails mineurs changent.
La critique principale qui est faite à Sitchin est d’avoir un parti pris dans la traduction de certains termes, surtout lorsqu’il s’agit d’un exemple parmi d’autres- de traduire des termes comme “Mou” par “machine volante” alors que d’autres chercheurs plus académiques traduisent ce terme par le mot “nom”.
Le problème est qu’à bien des égards, la traduction académique réalisée par les chercheurs plus “classiques” que Sitchin ne veut pas dire grand chose (ex: le dieu Zou s’enfuyait dans son “Mou”, soit dans son “nom” ou, selon la traduction de Sitchin, dans “sa machine volante”).
A certaines reprises donc, Sitchin opta pour des traductions qui installaient un contexte particulier aux récits sumériens, celui d’une civilisation de l’espace, de dieux pareils à des astronautes dotés d’une technologie incroyable, des as du génie génétique alors que les traducteurs plus classiques établissent avec les chroniques sumériennes, des interprétations symboliques, hermétiques et un peu obscures de ces récits, traduisant sans doute, à l’instar de la mythologie grecque, les liens des hommes avec les forces de la nature et du cosmos.
L’existence de nombreux termes en langage sumérien pour désigner un même genre d’objet nous renseigne sur leur culture: ainsi, pour désigner des astronefs, on trouve en sumérien les termes “mou” (ou chambre céleste qui désigne la capsule d’habitation conique qui coiffe le Gir, la partie centrale de la fusée), le terme “Apin »; qui désigne la partie multi étages de la fusée, le terme Shem qui désigne également un engin volant, le terme Zik qui désigne le module de commande avec des combinaisons comme Din.Gir qui signifient littéralement “les justes objets célestes pointus et brillants” ou encore les “pures fusées embrasées”.
Mais nombre de traducteurs “classiques” et de théologiens ennuyés par certains passages se sont contentés de donner des traductions plus allégoriques et souvent bien plus confuses à ces termes qui, jusqu’il y a peu (avant la conquête spatiale) nous étaient vraiment étrangers.
Comme nous l’avons mentionné, ils avaient traduit terme “Mou” par le vocable “nom” et lorsqu’un texte sumérien évoquait par exemple le besoin qu’un Dieu avait d’aller dans les cieux avec un “mou”, les traducteurs classiques puisait dans la phrase le genre de signification suivante: “emmener son nom dans les cieux” ou encore “vouloir que son nom retentisse dans les cieux ou devienne célèbre”.
Alors qu’il suffisait d’aller au plus simple et d’accepter de voir dans le terme “Mou”, un véhicule.
A vous de choisir la version qui vous séduit le plus. Le fait est que les traductions de Sitchin donnent à ces récits épiques une cohérence incroyable.
Et l’on comprend mal alors -si ces chroniques étaient purement symboliques ou allégoriques- pourquoi les sumériens se sont échinés à donner une foule de détails matériels et techniques (des coordonnées célestes, des équations, des descriptions d’engins et surtout une carte tout à fait exacte de notre système solaire), ce qui ne cadre pas vraiment avec des textes poétiques, métaphoriques et mystiques.
D’autant que les textes sont clairs à propos des pouvoirs des dieux: ceux-ci sont certes contenus dans des armes et des véhicules mais surtout dans “des formules” contenues dans un artefact très concret, “la table des destinées” qui fait à la fois penser dans sa formulation et son usage dans les textes à une banque de données, un ordinateur et un arsenal stratégique.
C’est par cette “table des destinées” contenant de centaines de “formules” relatives à “la royauté”, à la «fonction des prêtres», aux armes, aux procédures légales, à «l’état du scribe», au travail du bois et même à la «prostitution sacrée» et aux instruments de musique que le Dieu détient ses pouvoirs.
Il n’est donc pas né avec ceux-ci. Il les détient par le jeu de l’hérédité, au plus près le “dieu” est proche dans la généalogie du “patriarche” et chef de clan Annu, aux plus étendus sont ces pouvoirs et ses territoires.
Chaque dieu a une valeur numérique, un peu comme des points de vie dans un jeu de rôle. Quant aux souverains Sumériens, du moins pour certains d’entre eux, il s’agit d’hybrides nés de l’union d’un Dieu (ou d’une déesse) et d’un être humain.
Ainsi en serait-il du célèbre Gilgamesh (2900 av JC), né d’un père humain et de la déesse Inanna ou Ishtar, arrière petite-fille d’Anou.
Ces “dieux” ou êtres des cieux qui dirigeaient la destinée des sumériens ne se déplaçaient pas uniquement dans des fusées mais également dans des vaisseaux ailés ressemblant à des aigles et qui ne pouvaient être accueillis que dans un bâtiment spécial doté d’un système d’armements très puissants.
Les descriptions de ces lieux sont saisissantes.
Plus saisissantes encore sont les gravures et les sculptures souvent très anciennes qui montrent des objets technologiques, des représentations de ces dieux volants et des scènes déconcertantes, comme par exemple une sculpture de “déesse“ équipée d’écouteurs, de lunettes de vol et d’une série d’équipements très mystérieux et de boites harnachés autour de son corps par des sangles.
De même, sur certaines gravures, on voit clairement le plan de coupe d’un silo abritant une fusée à étages dont on peut voir l’intérieur par transparence.
Certains thèmes de ces récits sumériens se retrouvent dans la Bible et Sitchin ne peut s’empêcher de faire le parallèle entre ces êtres “volants” de chair et de sang que sont les innombrables “dieux” sumériens avec les Néphilims de la Bible, un terme qui avait par le passé été abusivement traduit par le vocable “géant”. Des traducteurs plus contemporains ont conservé l’appellation Néphilims que l’on peut traduire par “ ceux qui furent jetés ici bas sur terre ”.
Pour les conspirationnistes comme David Icke, Stewart Swerdlow, Jim Marss ou Fritz Springmeier, ces rois sumériens hybrides, pères fondateurs des lignées de la fraternité babylonienne sont surtout les vrais descendants de ce qu’ils nomment la noblesse noire, la “black nobility”, cette noblesse indo-européenne qui s’est installée par la suite en Europe sous les traits de la noblesse mérovingienne.
Cette noblesse sumérienne serait donc les ancêtres des castes aristocratiques qui gouvernent aujourd’hui l’Europe (famille royale britannique mais également les familles belges, hollandaises, etc. de souche allemande ou bavaroise). Ces dieux Anunnakis n’ont pas vraiment quitté la terre mais manipuleraient encore les destinées humaines par le biais des 13 lignées sanguines «Illuminati» (nom d’une société secrète née en Bavière au 18 e siècle) qui plongent toutes leurs racines dans les dieux et Rois sumériens.
De nombreux auteurs, généalogistes et chercheurs ont rédigé des ouvrages parfois bien documentés au contenu plus que troublant qui démontrent cette filiation et la constitution des sociétés secrètes, sectes religieuses, empires industriels et mouvements politiques autour de ces mouvances occultes.
A noter aussi que Zacharia Sitchin, l’auteur de ces livres faisant des dieux sumériens, une race extraterrestre créatrice de civilisations, que Sitchin donc est considéré par certains de ces conspirationnistes, plus particulièrement David Icke et Arizona Wilder, comme un membre de cette fraternité occulte, un représentant des Illuminati et que par conséquent, son interprétation comporterait quelques éléments de désinformation.
Mais attention, la thèse très bien étayée développée par Sitchin n’est pas restée une vision marginale de l’histoire de l’humanité : un nombre croissant et non négligeable de chercheurs spécialisés dans l’époque sumérienne, d‘historiens et d’archéologues, convaincus que les travaux de Sitchin étaient valides et que les récits sumériens extrêmement précis racontent des faits réels se sont mis à poursuivre et à approfondir ces recherches : des gens comme Alan F. Alford, R.A Boulay, Neil Freer, Dr Arthur David Horn, le Dr Joe Lewels, C.L Turnage, Lloyd Pye, Sir Laurence Gardner, et William Bramley estiment eux aussi que les textes sumériens dans lesquels les récits bibliques et védiques ont puisé leur inspiration narrent les expéditions d’une race extraterrestre, d’anciens astronautes sur terre avant le déluge (des extraterrestres que l’on a pris pour des dieux, un peu comme les papous dans le culte du Cargo).
Nous sommes issus des expériences génétiques de ces visiteurs qui avaient besoin d’une main d’œuvre corvéable et servile pour travailler dans les mines d’or et autres industries de matières premières.
Les récits sumériens sont sans ambiguïté à cet égard. Les chercheurs cités plus haut qui ont eu parfois des postes universitaires de renom ont fini par divorcer de l’establishment scientifique. Le Dr Arthur David Horn a démissionné de son poste de professeur en biologie anthropologique de la Colorado State University en 1990 après qu’il eût conclu que les explications conventionnelles sur les origines de l’homme n’étaient qu’un ramassis de «non sens» et que des extraterrestres sont inextricablement mêlés.


http://mutien.com/site_officiel/?page_id=1301

_________________
ἄγγελος
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 29 Sep - 20:21 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Actualités -> Histoire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com