Index du Forum




 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Rappel - Lettre ouverte / Sommet du G20 de Londres

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Actualités -> NewPolitique&Social
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Didier Simon


Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2010
Messages: 1 436
Localisation: Belgique

MessagePosté le: Mer 3 Aoû - 12:36 (2011)    Sujet du message: Rappel - Lettre ouverte / Sommet du G20 de Londres Répondre en citant

http://www.leap2020.eu/Rappel-Lettre-ouverte-Sommet-du-G20-de-Londres-la-de…

Rappel - Lettre ouverte / Sommet du G20 de Londres: la dernière chance avant la dislocation géopolitique mondiale


Lettre ouverte aux dirigeants du G20, publiée en anglais dans l'édition mondiale du Financial Times le 24/03/09



Mesdames, Messieurs,

Il vous reste moins d’un semestre pour éviter que la planète s’enfonce dans une crise dont elle mettra plus d’une décennie à sortir, avec un terrible cortège de malheurs et de souffrance. Cette lettre ouverte de LEAP/E2020, qui dès Février 2006 avait annoncé l’imminence d’une « crise systémique globale », veut tenter de vous indiquer brièvement pourquoi il en est ainsi, et comment éviter cela.

En effet, si vous avez commencé à soupçonner l’ampleur de la crise il y a moins d’un an, c’est dès Février 2006, dans la 2° édition de son « Global Europe Anticipation Bulletin » (GEAB), que LEAP/E2020 avait annoncé que le monde entrait dans la « phase de déclenchement » d’une crise d’ampleur historique. Et depuis cette date, LEAP/E2020 a continué, chaque mois, à anticiper d’une manière très fiable les évolutions de la crise dans laquelle le monde entier se débat désormais. Ce qui nous conduit à vous écrire cette lettre ouverte dont nous espérons qu’elle éclairera vos choix dans quelques jours.

Et cette crise s’aggrave dangereusement. Récemment, à l’occasion de la 32° édition de son bulletin, LEAP/E2020 a ainsi lancé une alerte très importante qui vous concerne directement, vous les dirigeants du G20 : si, réunis à Londres le 2 Avril prochain, vous n’êtes pas capables d’adopter des décisions audacieuses et innovantes en vous concentrant sur l’essentiel, et d’entamer leur mise en oeuvre d’ici l’été 2009, alors la crise entrera à la fin de cette année dans la phase de « dislocation géopolitique généralisée » qui affectera tout autant le système international que la structure même des grandes entités politiques comme les Etats-Unis, la Russie, la Chine ou l’UE. Et vous ne contrôlerez alors plus rien pour le malheur des six milliards d’habitants de notre planète.

Votre choix : une crise de 3 à 5 ans ou un crise de plus d’une décennie?

Hélas, comme rien ne vous a préparé à affronter une crise d’une telle ampleur historique, jusqu’à présent, vous ne vous êtes occupés que des symptômes ou des causes secondaires. Vous avez pensé qu’il suffisait d’ajouter de l’essence ou de l’huile au moteur mondial, sans vous rendre compte qu’il était tout simplement cassé, sans espoir de réparation. C’est un nouveau moteur qu’il faut construire. Et le temps presse car chaque mois qui passe détériore un peu plus l’ensemble du système international.

Comme dans toute crise majeure, il faut aller à l’essentiel. Comme dans toute crise de dimension historique, le seul choix est entre entreprendre au plus vite des changements radicaux et raccourcir considérablement la durée de la crise et ses conséquences tragiques; ou au contraire refuser les changements radicaux en tentant de sauvegarder l’existant, pour ne réussir qu’à prolonger durablement la crise et accroître toutes ses conséquences négatives. A Londres, le 2 Avril prochain, vous aurez ainsi le choix entre résoudre la crise en 3 à 5 ans d’une manière organisée; ou bien au contraire, entraîner la planète dans une décennie terrible.

Nous nous bornerons donc ici à mettre en avant trois conseils que nous considérons comme stratégiques, c’est-à-dire, que pour LEAP/E2020, s’ils ne sont pas mis en oeuvre d’ici l’été 2009, la dislocation géopolitique mondiale deviendra inévitable à partir de la fin de cette année.

LES 3 CONSEILS DE LEAP/E2020

1. La clé de la crise, c’est la création d’une nouvelle devise internationale de référence !

Le premier conseil se résume à une idée très simple : la clé de la crise actuelle se trouve dans la réforme du système monétaire international hérité de l’après-1945 afin de créer une nouvelle devise internationale de référence. Le Dollar américain et l’économie des Etats-Unis ne sont plus en mesure d’être les piliers de l’ordre économique, financier et monétaire mondial. Tant que ce problème stratégique n’est pas abordé directement, puis traité, la crise s’approfondira car il est au coeur des crises des produits financiers dérivés, des banques, des prix de l’énergie, … et de leurs conséquences en terme de chômage massif et de baisses des niveaux de vie. Il est donc vital que cette question soit l’objet principal du Sommet du G20 de Londres et que les premiers éléments de solution y soient lancés. La solution à ce problème est d’ailleurs bien connue : il s’agit de créer une devise de référence internationale (qu’on pourrait appeler le « Global ») fondée sur un panier de monnaies correspondant aux principales économies de la planète, à savoir le Dollar US, l’Euro, le Yen, le Yuan, le Khaleel (monnaie commune des etats pétroliers du Golfe qui sera lancée au 1° Janvier 2010), le Rouble, le Real, … . et de faire gérer cette devise par un « Institut Monétaire Mondial », dont le Conseil d’ Administration reflète les poids respectifs des monnaies composant le « Global ». Vous devez demander au FMI et aux banques centrales concernées de préparer un tel plan pour Juin 2009 avec objectif de mise en oeuvre au 1° Janvier 2010. C’est votre seul moyen de reprendre l’initiative sur le temps de déroulement de la crise. Et c’est le seul moyen de concrétiser la mise en oeuvre d’une globalisation partagée, en en partageant la monnaie qui est au coeur de toute activité économique et financière.

Selon LEAP/E2020, si une telle alternative au système actuel en plein effondrement n’a pas commencé à être préparée d’ici l’été 2009, démontrant qu’il existe une autre voie que le « chacun pour soi », le système monétaire international actuel ne passera pas l’été. Et si certains Etats du G20 pensent qu’il vaut mieux garder le plus longtemps les privilèges que leur procure le statu quo, ils devraient méditer sur le fait qu’aujourd’hui ils peuvent encore influencer de manière décisive la forme que prendra ce nouveau système monétaire mondial. Une fois la phase de dislocation géopolitique entamée, ils perdront au contraire toute aptitude à le faire.

2. Contrôlez l’ensemble des banques au plus vite!

Le second conseil est déjà largement évoqué dans les discussions préalables à votre réunion. Il devrait être donc aisé de l’adopter. Il s’agit de mettre en place d’ici la fin 2009 un système de contrôle des banques à l’échelle mondiale qui supprime tout « trou noir ». Plusieurs options vous sont déjà proposées par les experts. Tranchez dès maintenant. Nationalisez au plus vite quand il le faut ! C’est en tout cas le seul moyen de prévenir un nouvel endettement massif des établissements financiers comme celui qui a contribué à la crise actuelle; et de montrer aux opinions publiques que vous êtes crédibles face aux banquiers.

3. Faites évaluer au plus vite par le FMI les systèmes financiers US, britannique et suisse !

Le troisième conseil touche à nouveau une question très sensible politiquement qui pourtant est incontournable. Il est indispensable que le FMI remette au G20, au plus tard, en Juillet 2009, une évaluation indépendante des trois systèmes financiers nationaux au coeur de la crise financière : ceux des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la Suisse. Aucune solution durable ne pourra en effet être efficacement mise en oeuvre tant que personne n’a la moindre idée des ravages causés par la crise dans ces trois piliers du système financier mondial. Et il n’est plus temps de « prendre des gants » avec des pays qui sont au coeur du chaos financier actuel.

Ecrivez un communiqué simple et bref!

Pour terminer, nous nous permettrons seulement de rappeler que vous avez désormais à restaurer la confiance chez 6 milliards de personnes, et des dizaines de millions d’institutions publiques et privées. Alors, n’oubliez pas de rédiger un communiqué court, qui ne fasse pas plus de deux pages, qui ne contienne pas plus de trois ou quatre idées centrales et qui soit lisible par des non-experts. Sinon, vous ne serez pas lu hors du cercle étroit des spécialistes et vous ne pourrez donc pas ressusciter la confiance du plus grand nombre condamnant ainsi la crise à s’aggraver. Si cette lettre ouverte vous aide à sentir que l’Histoire vous jugera pour ce que vous aurez réussi à faire ou pas lors de ce Sommet, alors elle n’aura pas été inutile. Sachez simplement, que selon LEAP/E2020, vos peuples respectifs n’attendront pas plus d’une année pour vous juger. Une chose est néanmoins certaine : cette fois-ci vous ne pourrez pas dire que vous n’avez pas été prévenu!

Franck Biancheri
Directeur des Etudes de LEAP/E2020
Président de Newropeans


il vont le boire jusqu'à la lie leur purin
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 3 Aoû - 12:36 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Sourire


Hors ligne

Inscrit le: 05 Juil 2011
Messages: 7 049

MessagePosté le: Mer 3 Aoû - 12:41 (2011)    Sujet du message: Rappel - Lettre ouverte / Sommet du G20 de Londres Répondre en citant

merciiii !!
_________________
http://communionamouretpaix.xooit.fr/index.php
Revenir en haut
Didier Simon


Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2010
Messages: 1 436
Localisation: Belgique

MessagePosté le: Mer 3 Aoû - 12:42 (2011)    Sujet du message: Rappel - Lettre ouverte / Sommet du G20 de Londres Répondre en citant

La Fed face au grave dilemme de l'été 2011 : nécessité absolue d'un QE3, impossibilité absolue d'un QE3


- Extrait GEAB N°53 (15 mars 2011) -



Comme nous l'avons souligné précédemment, avec le Quantitative Easing II, sur fond de méfiance de plus en plus forte vis-à-vis du Dollar et de l'économie US, la Fed est devenue l'acheteur quasi-unique des Bons du Trésor US. Officiellement elle achète déjà 70% des nouvelles émissions. L'utilisation de « faux-nez » via la City londonienne et les places financières off-shore porte plus probablement cette part au-dessus de 90%. Mais, en fait, la part réelle de Bons du Trésor achetés par la Fed n'est pas en soit si importante car, selon LEAP/E2020 (1), cela fait des années qu'elle achète la majorité des nouvelles émissions de dette américaine, via ses « primary dealers » et les circuits exotiques multiples qu'offre la planète financière. Ce qui est important avec l'annonce des politiques de Quantitative Easing depuis 2009 c'est le « dévoilement » d'une réalité qui préalablement était cachée … car elle pouvait l'être.

La confiance dans l'économie américaine permettait à la Fed de faire « ses petits arrangements » avec la réalité sans que personne ne s'en inquiète, ni même (pour la plupart des opérateurs) n'imagine que de telles pratiques étaient devenues la norme depuis de nombreuses années. L'économie étant pour une grande part une affaire de psychologie collective, l'important désormais est que la plupart des acteurs savent qu'il n'y a plus que la Fed pour acheter des Bons du Trésor US.

La catastrophe japonaise renforce considérablement cette prise de conscience puisqu'il sera impossible de faire croire à quiconque que le Japon va continuer à acheter de la dette US à un moment où il doit mobiliser tous ses moyens financiers pour sauver le pays. La Fed arrive donc au bout du « chemin qui ne mène nulle part » sinon à un désastre financier (2). En effet, dans trois mois, date de la fin officielle du QE2, elle doit à la fois mentir et dire la vérité sur le même sujet : affirmer que QE2 a fonctionné, que l'économie US a redémarré et qu'elle n'a donc plus besoin d'acheter de Bons du Trésor US, et simultanément continuer à acheter 90% de ces même Bons du Trésor puisqu'il n'y a plus qu'elle comme acheteur sur ce marché.

Or en trois ans, la psychologie des marchés financiers a totalement changé en ce qui concerne les dettes souveraines en général, et la dette US en particulier : les opérateurs vont soigneusement scruter les flux et en tirer les conséquences, comme vient déjà de le faire PIMCO en vendant ses Bons du Trésor.

Résumons donc la situation à l'été 2011 pour les marchés de la dette US :

. les Munis (dettes des collectivités locales) vont continuer à se dégrader pour imploser littéralement au début de la nouvelle année fiscale US (qui démarre en Juillet) (4)

. les opérateurs privés (comme PIMCO) vendent ou au minimum n'achètent plus de dettes US

. le Japon (troisième détenteur de dette fédérale US après la Fed et la Chine) va devoir vendre les T-Bonds pour financer sa reconstruction (5)

. l'Euroland, qui effectue tranquillement sa sortie des marchés financiers anglo-saxons (6) (avec, comme prévu, un sommet de l'Euroland le 11 Mars dernier qui confirme la pérennisation de son fonds de stabilité financière (7) et l'affirmation du contrôle de l'Euroland (8) sur l'évolution générale de l'UE (9)) et qui va réduire de ce fait encore plus son stock de dette US (10)

. la Chine ne souhaite plus accroître son stock immense de dette fédérale US

. les pays pétroliers du Golfe, Arabie saoudite en-tête, dont les régimes luttent pour leur survie et qui ne croient plus à la protection US, ont désormais d'autres priorités que de soutenir le marché des Bons du Trésor américain (et ils risquent même d'en faire une arme contre Israël et Washington (11)).

Enfin, pour couronner le tout, l'économie américaine continue à s'enfoncer dans la « double-dip-flation ». Plus personne ne croît désormais aux chiffres du chômage US, censés montrer une amélioration du marché de l'emploi. Même les médias « mainstream » américains dénoncent désormais le caractère irréel des statistiques en question. CNBC du 14/02/2011 titre même « Comment le taux de chômage est devenu une mauvaise blague » (12). Les prix de l'immobilier continuent à s'effondrer. Le déficit commercial enfle à nouveau (13). Et l'inflation réelle (celle des biens que consomment les gens) est en forte hausse. Le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est un tableau (14) qui n'incite pas vraiment à « investir » dans la dette d'une telle économie. Et nous rappelons que le reste du monde s'étant déjà fortement mobilisé pour critiquer le lancement du QE2, tout comme d'ailleurs une part importante des décideurs politiques US (voir GEAB N°49, les oppositions internes et externes à un QE3 seront extrêmement puissantes.

Toujours est-il qu'entre la nécessité absolue d'un QE3 et l'impossibilité absolue d'un QE3, la réalité ne s'accommodera pas du vide, quelque chose devra se passer au second semestre 2011 (15). Notre équipe est convaincue que c'est le moment où le discours dominant ces dernières années selon lequel aucun détenteur massif de Bons du Trésor US n'a en fait intérêt à les vendre par crainte de dévaloriser son propre stock de dettes US va se heurter au principe de réalité. Le Japon dans sa situation désastreuse constitue probablement un « principe de réalité » encore plus puissant que celui des régimes arabes du Golfe que nous avons déjà identifié dans le GEAB précédent. En tout état de cause, « deux principes de réalité » poussant dans la même direction (16), à un moment de faiblesse historique de l'économie US, de la Fed et du marché des dettes US, représentent à notre avis la certitude d'une implosion brutale de la bulle des dettes US au second semestre 2011 (17). Nous avions expliqué en Janvier dernier que 2011 serait l'année la pire depuis 2006, date du début de nos travaux d'anticipation sur la crise systémique globale, notamment parce que le système international est dans un tel état de faiblesse et de délabrement que n'importe quel choc important pouvait l'emporter dans une nouvelle tourmente. Nous sommes en train d'atteindre ce stade pour le marché des dettes US ; et bien sûr pour le Dollar US également.


----------
Notes:

(1) Voir les GEAB de 2006 et 2007 à ce sujet.

(2) Février 2011 s'annonce comme le mois du plus grand déficit fédéral mensuel jamais enregistré avec 223 Milliards USD. Source : Zerohedge, 07/03/2011

(3) Ces dépenses obligatoires incluent les dépenses sociales comme Medicaid, Medicare, Social Security. Ce scénario suppose notamment une reprise économique durable aux Etats-Unis.

(4) 44 états font face à des déficits cumulant plus de 100 milliards USD pour 2012. Source : CBPP, 09/03/2011

(5) Cette option commence à être bien envisagée désormais aux Etats-Unis. Source : Los Angeles Times, 14/03/2011

(6) A ce sujet, l'attitude des trois grandes agences de notation anglo-saxonnes devient une vraie parodie : dégradation de la note de l'Espagne à la veille du sommet de l'Euroland, refus de toucher à la note du Japon (en plein chaos économique et financier) mais dégradation de la note du Portugal (sans aucune autre raison qu'un sentiment sur les efforts budgétaires du pays). Les opérateurs semblent d'ailleurs en avoir tiré les conséquences qui s'imposent : l'Euro ne bouge même pas après les annonces des agences. Pour notre équipe, un peu à l'image du Financial Times il y a un an avec sa manipulation autour de l'Euro, ces agences ont définitivement perdu toute crédibilité professionnelle pour n'être plus que des supplétifs des marchés financiers anglo-saxons en pleine déconfiture. Elles vont bientôt réaliser que plus personne ne les écoute, ce qui offre un vaste marché à de nouvelles agences de notation souhaitant travailler de manière objective … un marché porteur pour des investisseurs de long terme.

(7) Comme nous l'avons expliqué dans des GEAB précédents, en se dotant de sa propre armature financière (fonds, règles, procédures …), les pays de l'Euroland diminuent très fortement leur dépendance des marchés financiers extérieurs à la zone.

(8) Lire à ce sujet l'intéressant article du Correre della Serra qui illustre l'adhésion massive des jeunes générations de l'Euroland à l'Euro, sans la moindre nostalgie pour les Marks, Francs, Lires ou Pesetas. Source : Presseurop, 04/03/2011

(9) Sources : Yahoonews, 15/03/2011 ; Deutsche Welle, 12/03/2011

(10) L'Euroland va en effet se concentrer sur l'achat de ses propres dettes ! Et nous ne nous attardons même pas sur la divergence désormais totale de perspective en matière de taux d'intérêts entre la BCE et la Fed. Source : CNBC, 03/03/2011

(11) Voir GEAB N°52

(12) Loin d'être redescendu à 8,9%, le taux de chômage se situe au-dessus de 20%. Voir graphique ci-dessus et le site très intéressant ShadowStats. Par ailleurs, il est utile de lire l'article de Richard Benson, publié dans SafeHaven du 16/02/2011, qui explique très clairement l'effondrement de la population active américaine. Par ailleurs, preuve de l'irréalisme des statistiques officielles, la Fed demande aux banques US de se préparer à un stress-test incluant un taux de chômage officiel à 11% pour le premier trimestre 2012 (ce qui, selon LEAP/E2020, devrait placer le taux réel à 25%). Source : Zerohedge, 17/02/2011

(13) Source : CNBC, 10/03/2011

(14) Nous vous incitons à parcourir le remarquable rapport réalisé par Mary Meeker, et intitulé USA Inc., qui présente les données fondamentales de l'économie américaine présentées comme un rapport financier d'une entreprise. Si la dette fédérale est une action de ces USA Inc., autant dire que les investisseurs vont plutôt avoir tendance à vendre qu'à acheter. Source : KPCB, 02/2011

(15) Ben Bernanke devra affronter l'impossibilité qu'il a lui-même aidé à créer. Source : Financial Sense, 03/03/2011

(16) Source : Bloomberg, 16/03/2011

(17) Sous l'administration Obama, la dette fédérale a augmenté de 3.500 Milliards USD. Source : CBS, 23/02/2011


Mercredi 3 Août 2011

Okay zaver compris: second semestre 2011!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Sourire


Hors ligne

Inscrit le: 05 Juil 2011
Messages: 7 049

MessagePosté le: Mer 3 Aoû - 12:44 (2011)    Sujet du message: Rappel - Lettre ouverte / Sommet du G20 de Londres Répondre en citant

pour une fois que c'est en français !!
_________________
http://communionamouretpaix.xooit.fr/index.php
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:06 (2017)    Sujet du message: Rappel - Lettre ouverte / Sommet du G20 de Londres

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Actualités -> NewPolitique&Social Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com