Index du Forum




 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

http://publicintelligence.net
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Presentation -> Liens utiles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Didier Simon


Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2010
Messages: 1 436
Localisation: Belgique

MessagePosté le: Ven 8 Juil - 21:22 (2011)    Sujet du message: http://publicintelligence.net Répondre en citant

http://publicintelligence.net/

un peu lourd à se coltiner
mais ce site apporte un point de vue sous un autre angle

exemples:

http://publicintelligence.net/category/documents/bilderberg/
Bilderberg Meetings Participant Lists 1954-2011

Climate Research Unit Documents: Confidential Fabrication of Research Report
http://publicintelligence.net/climate-research-unit-documents-confidential-…
"The Division for Research received an allegation against Wei-Chyung Wang, for fabrication and misrepresentation of research results as covered by the University at Albany Policy and Procedures on Misconduct in Research and Scholarship.

It is alleged that Dr. Wang fabricated and misrepresented research results in two research papers he co-authored
"

The Intelligence Community: 2001-2015
http://publicintelligence.net/category/documents/united-states-documents/ce…
Daunting Challenges, Hard Decisions

by Aris A Pappas and James M. Simon, Jr.

CIA Editor’s Note: The authors intend this article to provoke a broad discussion of the role of intelligence in a constitutional republic during an era of accelerating change and terrible new dangers. The effort was inspired by workshops held under the auspices of the [...]

(U//FOUO//LIMDIS) FEMA National Capital Region Catastrophic Incident CONPLAN Draft
http://publicintelligence.net/category/documents/united-states-documents/fe…
"In the event of a catastrophic incident or threat to the National Capital Region (NCR), the significant federal presence would both necessitate and complicate a robust response. In order to facilitate the coordination that would be required for the integration of federal, state, and local response efforts, the Office of Personnel Management (OPM) and the FEMA Office of National Capital Region Coordination (NCRC) have compiled this draft NCR Federal Concept Plan (CONPLAN) of Catastrophic Planning Assumptions. For planning purposes, a catastrophic incident is defined in the National Response Framework as any natural or manmade incident, including terrorism, which results in an extraordinary level of mass casualties, damage, or disruption severely affecting the population, infrastructure, environment, economy, national morale, and/or government functions."

intéressant...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 8 Juil - 21:22 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Didier Simon


Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2010
Messages: 1 436
Localisation: Belgique

MessagePosté le: Ven 8 Juil - 21:25 (2011)    Sujet du message: http://publicintelligence.net Répondre en citant

Documents
Afghanistan
Africa
African Development Bank
African Union
Côte d'Ivoire
Egypt
Libya
Morocco
Mozambique
Sierra Leone
Sudan
Tanzania
Tunisia
American International Group
Andean Community of Nations
Australia
Bank of International Settlements
Barclays
Belarus
Belgium
Bermuda
Bilderberg
Bilderberg Participant Lists
Bolivia
Bosnia and Herzegovina
Brazil
Breaking the Silence
Burma
Cambodia
Canada
Canada Command
Chile
China
Corporate
Cuba
Czech Republic
Deutsche Bank
European Union
European Central Bank
Eurosystem
Finland
France
G8
Germany
Global Humanitarian Forum
Honduras
Hungary
India
Indonesia
International Association of Chiefs of Police
International Association of Fire Chiefs
International Atomic Energy Agency
International Criminal Police Organization
International Fund for Agricultural Development
International Monetary Fund
Iran
Iraq
Italy
Japan
Jordan
Kyrgyzstan
Laos
Lebanon
Liechtenstein
Lithuania
Macedonia
Malawi
Malaysia
Mexico
Michigan
Moldova
National Retail Federation
Nicaragua
North Atlantic Treaty Organization
North Korea
Norway
Organisation for Economic Co-operation and Development
Pakistan
Palestinian National Authority
Panama
Peru
Philippines
Portugal
Public Intelligence
Puerto Rico
Republic of Iceland
Romania
Rothschild Group
Russia
Saudi Arabia
Scholarly
Singapore
Solomon Islands
South Africa
South Korea
Spain
State of Israel
Israel Defense Forces
Israel Military Industries
Sweden
Switzerland
Syria
Thailand
Trilateral Commission
Turkey
Ukraine
United Arab Emirates
United Kingdom
Chatham House
Climatic Research Unit
Her Majesty's Treasury
United Nations
International Council of Chemical Associations
United States
Alabama
Alaska
Arizona
Arkansas
Bureau of Alcohol Tobacco Firearms and Explosives
Business Executives for National Security
California
Center for Strategic and International Studies
Centers for Disease Control
Central Intelligence Agency
Colorado
Congressional Budget Office
Congressional Research Service
Connecticut
Council on Foreign Relations
Department of Defense
Armed Services Blood Program
Defense Advanced Research Projects Agency
Defense Contract Management Agency
Defense Intelligence Agency
Defense Logistics Agency
Defense Threat Reduction Agency
Department of Defense Contracts
Department of the Navy
Department of Veterans Affairs
Joint Chiefs of Staff
Joint Improvised Explosive Device Defeat Organization
Joint Prosecution and Exploitation Center
Joint Strike Fighter Program
Multi-National Corps Iraq
Multi-National Force Iraq
National Defense University
National Security Agency
North American Aerospace Defense Command
Office of Inspector General of the Depratment of Defense
U.S. Africa Command
U.S. Air Force
U.S. Air Force Research Laboratory
U.S. Army
U.S. Army Corps of Engineers
U.S. Army Medical Command
U.S. Army Research Development and Engineering Command
U.S. Army War College
U.S. Central Command
U.S. Coast Guard
U.S. Forces Iraq
U.S. Forces Japan
U.S. Marine Corps
U.S. Navy
Naval Network Warfare Command
Naval Sea Systems Command
Space and Naval Warfare Systems Command
U.S. Northern Command
U.S. Pacific Command
U.S. Southern Command
U.S. Special Operations Command
U.S. Strategic Command
Urban Warfare Analysis Center
Department of Education
Department of Energy
Department of Health and Human Services
Indian Health Service
Department of Homeland Security
Customs and Border Protection
Department of Homeland Security Testimony
Immigration and Customs Enforcement
Intelligence Fusion Centers
Regional Information Sharing Systems
Department of Housing and Urban Development
Department of Justice
Department of State
Department of the Air Force
National Air and Space Intelligence Center
Department of the Army
Army Field Manuals
Center for Army Lessons Learned
Department of the Treasury
Financial Crimes Enforcement Network
Office of the Special Inspector General for the Troubled Asset Relief Program
Department of Transportation
District of Columbia
Federal Aviation Administration
Federal Bureau of Investigation
Infragard
Federal Bureau of Prisons
Federal Reserve
Federal Reserve Bank of New York
FEMA
Financial and Banking Information Infrastructure Committee
Florida
Food and Drug Administration
Foreign Broadcast Information Service
Government Accountability Office
Hawaii
Idaho
Illinois
Indiana
Kansas
Kentucky
Local Law Enforcement
Local Legal Documents
Louisiana
Maryland
Massachusetts
Michigan
Minerals Management Service
Minnesota
Mississippi
Missouri
Montana
National Aeronautics and Space Administration
National Guard
National Institute of Standards and Technology
National Oceanic and Atmospheric Administration
National Transportation Safety Board
Nebraska
Nevada
New Hampshire
New Jersey
New Mexico
New York
Metropolitan Transportation Authority
North Carolina
North Dakota
Nuclear Regulatory Commission
Office of the Director of National Intelligence
Intelligence Advanced Research Projects Agency
National Counterterrorism Center
Open Source Center
Ohio
Oregon
Pacific Northwest National Laboratory
Pennsylvania
Securities and Exchange Commission
Tennessee
Texas
Transportation Security Administration
U.S. Agency for International Development
U.S. Code
U.S. Department of Agriculture
U.S. Department of State
U.S. District Court
U.S. Fleet Forces
U.S. Forest Service
U.S. Secret Service
Utah
Vermont
Virginia
Washington
Washington D.C.
West Virginia
Uruguay
Venezuela
Verizon
Vietnam
White House
World Bank
World Health Organization
World Trade Organization
Latvia
News
Featured
Organizations
Corporations
Criminal
Educational Institutions
Government
Military
Non-Profit Organizations
People
Places
British Military Installations
CEO Addresses
Government Facilities
Iran Nuclear Sites
Israeli Checkpoints
Military Installations
VIP Addresses
Public Eye
Headline
Things
Al-Qaeda Videos
Computer Networks
Emergency Operations
Government Databases
Government Operations
International Television Networks
Internet Hosts
Corporate Internet Hosts
Foreign Government Internet Hosts
Government Internet Hosts
Legislation and Initiatives
Osama Bin Laden Videos
Security Classifications
Sensor and Surveillance Systems
Titles and Positions
Treat Level Systems
Threats and Takedown Notices
Visitors

http://publicintelligence.net/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Sourire


Hors ligne

Inscrit le: 05 Juil 2011
Messages: 7 049

MessagePosté le: Ven 8 Juil - 22:24 (2011)    Sujet du message: http://publicintelligence.net Répondre en citant

BLABLABLABLABLA

ET LE COEUR DANS TOUT CA ?

?
_________________
http://communionamouretpaix.xooit.fr/index.php
Revenir en haut
sunlightwalkin


Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2011
Messages: 59
Localisation: Pays Basque

MessagePosté le: Sam 9 Juil - 14:11 (2011)    Sujet du message: http://publicintelligence.net Répondre en citant

BASTIEN N EN A PLUS DEPUIS LONGTEMPS. C EST JUSTE QU IL NE LE SAIT PAS ENCORE


BEATRICE, TOI QUI A LES IDEES PLUS CLAIRES ET SURTOUT PLUS DE RECUL, ESSAIE DE RAISONNER TON HOMME. IL EST DEVENU UNE BOITE AUTOMATIQUE A INSULTES ICI. C EST VRAIMENT CA L EXEMPLE DE L UNITE ?


JE VOUS AIME CHER PETIT COUPLE 
Revenir en haut
Sourire


Hors ligne

Inscrit le: 05 Juil 2011
Messages: 7 049

MessagePosté le: Sam 9 Juil - 14:12 (2011)    Sujet du message: http://publicintelligence.net Répondre en citant

eh bé
_________________
http://communionamouretpaix.xooit.fr/index.php
Revenir en haut
Suyihah
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2011
Messages: 2 666

MessagePosté le: Sam 9 Juil - 15:16 (2011)    Sujet du message: http://publicintelligence.net Répondre en citant

Béatrice sait que Bastien joue depuis longtemps...

Voir des défauts de coeur chez une personne devrait nous inviter à faire le ménage devant chez nous
tiens:
_________________
Laissez les morts enterrer leurs morts
Revenir en haut
Sourire


Hors ligne

Inscrit le: 05 Juil 2011
Messages: 7 049

MessagePosté le: Sam 9 Juil - 15:18 (2011)    Sujet du message: http://publicintelligence.net Répondre en citant


_________________
http://communionamouretpaix.xooit.fr/index.php
Revenir en haut
yo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2011
Messages: 7 953
Localisation: Is-Er Dauphiné

MessagePosté le: Sam 9 Juil - 15:20 (2011)    Sujet du message: http://publicintelligence.net Répondre en citant


_________________
« ...quand vous pénétrez réellement dans ce Cœur, il n’a plus ni centre ni circonférence ; il est partout. »
Revenir en haut
Sourire


Hors ligne

Inscrit le: 05 Juil 2011
Messages: 7 049

MessagePosté le: Sam 9 Juil - 15:21 (2011)    Sujet du message: http://publicintelligence.net Répondre en citant


_________________
http://communionamouretpaix.xooit.fr/index.php
Revenir en haut
yo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Jan 2011
Messages: 7 953
Localisation: Is-Er Dauphiné

MessagePosté le: Sam 9 Juil - 15:22 (2011)    Sujet du message: http://publicintelligence.net Répondre en citant


_________________
« ...quand vous pénétrez réellement dans ce Cœur, il n’a plus ni centre ni circonférence ; il est partout. »
Revenir en haut
Sourire


Hors ligne

Inscrit le: 05 Juil 2011
Messages: 7 049

MessagePosté le: Sam 9 Juil - 15:23 (2011)    Sujet du message: http://publicintelligence.net Répondre en citant


_________________
http://communionamouretpaix.xooit.fr/index.php
Revenir en haut
Suyihah
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2011
Messages: 2 666

MessagePosté le: Sam 9 Juil - 15:28 (2011)    Sujet du message: http://publicintelligence.net Répondre en citant



J'ai décidé d'utiliser tous les smileys du forum avant l'apocalypse
_________________
Laissez les morts enterrer leurs morts
Revenir en haut
Florent


Hors ligne

Inscrit le: 31 Jan 2011
Messages: 1 277

MessagePosté le: Sam 9 Juil - 15:37 (2011)    Sujet du message: http://publicintelligence.net Répondre en citant

Cultures vivrières et cultures commerciales en
Afrique occidentale : la fin d’un dualisme ?


Jean-Louis CHALÉARD
Professeur à l'Université de Paris Panthéon-Sorbonne


Texte publié dans « L’Afrique. Vulnérabilité et défis », LESOURD M. (coord.)
Collection Questions de géographie, Nantes (France), ©
Éditions du Temps,
2003, 447 p., pp. 267-292

Les relations cultures vivrières – cultures commerciales constituent un des thèmes
récurrents de la littérature africaniste depuis de nombreuses décennies. Dans les années 1960,
René Dumont s’en prenait déjà aux cultures d’exportation qui se développaient au détriment
des cultures vivrières1 Dans la décennie 1970, des chercheurs ont stigmatisé le rôle des
cultures commerciales dans les famines qui ont dévasté l’Afrique sahélienne et sahélosoudanienne
à la suite des grandes sécheresses2.

Si les paysanneries ouest africaines pratiquent quasi unanimement les cultures
vivrières, l’espace ouest africain est aussi une des grandes régions du monde de productions
tropicales destinées aux pays tempérés. C’est la première région productrice de cacao du
monde (avec près de 60 % de la récolte mondiale) et un producteur notable de denrées
variées : arachide, huile de palme, caoutchouc, coton, etc. La présence des unes et des autres
pose nécessairement de nombreuses questions.

Il s’agit de cultures par définition différentes. Les cultures vivrières sont destinées à
l’alimentation du groupe familial, que la famille soit élargie (lignage ou segment de lignage)
ou réduite au ménage. En revanche, ce qu’on appelle en général cultures commerciales, ce
sont des productions destinées le plus souvent à l’exportation, pratiquement pas consommées
par les producteurs et qui fournissent les revenus nécessaires à l’exploitation.

Les différences peuvent être déclinées à partir de multiples critères. Les premières ont
été adoptées au cours des siècles par les agriculteurs sans rupture avec les systèmes anciens,
alors que les secondes ont été principalement développées depuis le XIXème siècle à
l’initiative des puissances européennes coloniales. Leur essor ne paraît pas pour autant
indépendant des unes des autres ; les liens nombreux qui les unissent, les modalités de leur

1 Dumont, 1961.
2 Copans, 19.


développement comme leur place respective dans les systèmes de production sont à l’origine
des critiques qui ont affecté les cultures commerciales.

L’évolution qui affecte l’Afrique occidentale ces dernières années a introduit des
éléments nouveaux importants. L’explosion démographique jointe à des pratiques agricoles
extensives, conduit à la saturation des terroirs, accentuant les concurrences entre les
différentes cultures. L’explosion urbaine donne naissance au développement d’un “ vivrier
marchand ”3 qui accroît singulièrement le champ des cultures commerciales. Enfin, la vague
néolibérale, qui se traduit par des Plans d’ajustement structurels, par l’ouverture des frontières
et la privatisation des organismes d’État, a de multiples effets sur les unes et les autres.
Devant, aux yeux des théoriciens de la Banque mondiale, favoriser l’essor de l’agriculture et
améliorer le revenu des paysans, elle affecte en priorité les cultures d’exportation, mais elle
concerne aussi les cultures vivrières, par une série d’effets directs et indirects.

Il convient donc de revisiter une vieille question souvent posée en termes dualistes en
s’interrogeant sur l’évolution des relations entre ces différentes cultures. L’opposition menée
entre cultures vivrières et cultures commerciales (largement d’exportation) n’est-elle pas trop
réductrice ? Et l’évolution actuelle ne conduit-elle pas à reconsidérer leurs relations ? Pour
répondre à ces questions, il est nécessaire de revenir d’abord sur la nature de ces cultures et
leur développement respectif qui permettent de comprendre la teneur des relations. Ensuite
nous nous interrogerons sur les concurrences ou complémentarités qui peuvent les lier, objet
de multiples débats dans la littérature en sciences sociales sur l’Afrique. Cela nous permettra
de mieux voir dans quelle mesure les multiples changements de ces dernières années
modifient les rapports des unes avec les autres.

I. Deux univers séparés ?
1. Des cultures différentes
Pour les laudateurs de l’agriculture marchande, véhicule de la “ modernité ”, comme
pour les pourfendeurs des cultures d’exportation, génératrices de déséquilibres et de famines,
les cultures vivrières et les cultures commerciales renvoient largement à deux univers
différents : l’un, “ traditionnel ”, fondé sur l’autosubsistance et une économie locale peu ou
pas monétarisée, l’autre sur l’ouverture, l’échange.

L’agriculture vivrière associe en général des plantes qui fournissent la base des plats,
céréales (mil, sorgho, maïs) ou féculents (igname, manioc, banane), de nombreux légumes et
condiments, destinés à l’élaboration des sauces (piment, gombo, etc.) et des plantes chargées
de fournir les matières grasses, qu’il s’agisse de cultures (arachide) ou d’arbres qui souvent ne
sont pas cultivés mais simplement protégés (palmier à huile en régions équatoriales, néré,
karité en zone tropicale).

3 Chaléard, 1996 et Chaléard, 1998


La répartition des cultures vivrières en Afrique de l’ouest fait apparaître de vastes aires
dominées par une ou plusieurs cultures. Au nord se distingue la zone des millets, au sud-ouest
celle du riz et à l’est, le long du littoral, celle des tubercules et féculents, singulièrement de
l’igname (figure 1). Les faits naturels se mêlent étroitement aux faits de civilisation et à
l’histoire pour rendre compte de cette répartition. La prépondérance des millets au nord est
largement liée à la relative faiblesse des précipitations. On a souvent expliqué l’opposition
est-ouest, plus au sud, par des raisons tenant aux civilisations : à l’ouest, où les populations
dites “ acéphales ” cultiveraient le riz, s’opposerait l’est, dominé par des sociétés à État,
mieux structurés et qui privilégieraient l’igname. En fait, l’essor du riz dans certaines parties
occidentales est récent, datant de la colonisation. Le manioc et la banane plantain ont connu,
depuis quelques décennies, un vif essor dans de nombreux secteurs. Et partout les cultures se
mêlent étroitement, les frontières n’ayant rien de strict.

Les cultures commerciales sont différentes (figure 2). Les zones soudaniennes et
sahélo-soudaniennes sont le domaine de cultures annuelles (arachide, coton), tandis que le
sud, de climat subéquatorial plus humide est le domaine de plantes arbustives (café, cacao,
hévéa, etc.). Par ailleurs, ces cultures n’occupent pas tout l’espace rural ouest africain. Elles
sont plus importantes près des côtes et le long des grands axes de circulation. Si la
prépondérance des régions côtières guinéennes se justifie par des raisons naturelles, le climat
chaud et humide étant favorable a un large éventail de cultures, c’est surtout le signe d’une
agriculture agro-exportatrice, privilégiant les côtes et les secteurs bien reliés aux ports
exportateurs.

Il faut remarquer toutefois que si cultures vivrières et cultures commerciales sont dans
l’ensemble différentes, les distinctions ne sont pas toujours bien tranchées. Ainsi, l’arachide
est tantôt une grande culture commerciale (comme au Sénégal), tantôt une culture vivrière
(cas fréquent en Côte d’Ivoire). Le palmier à huile, dont l’utilisation a été et est souvent
encore pour l’autoconsommation, est depuis longtemps une plante dont la production est
commercialisée et qui est devenue une grande culture commerciale du littoral ouest africain,
etc.

2. Des modes de diffusion et de développement différents
Les cultures vivrières sont souvent cultivées depuis très longtemps en Afrique
occidentale. Certaines ont été domestiquées sur place. C’est le cas de nombreuses céréales
(comme le fonio), de variétés d’igname, etc. Il existe également des variétés locales de riz
(Oryza glabberima). Cela n’a nullement empêché l’assimilation progressive par les
populations autochtones d’espèces importées, comme le maïs ou le manioc, venus
d’Amérique, ou la banane plantain qui serait originaire d’Asie, et d’introduction beaucoup
plus ancienne, sans oublier les variétés de riz asiatiques (Oryza sativa).

Le développement des cultures commerciales s’est fait de façon radicalement
différente. Pour l’essentiel ces dernières ont été introduite par les colonisateurs européens.


Certes, cette affirmation est à nuancer et à préciser. L’Afrique, avant la colonisation,
n’ignorait pas l’échange4. Le commerce de la kola était au XIXème siècle l’objet d’un
commerce intense entre l’Afrique forestière et les places marchandes du Sahel. La production
de cacao existait sur la côte guinéenne en pays Yoruba et Ashanti, ainsi que dans le sud-ouest
de l’actuelle Côte d’Ivoire. Cependant, avec la colonisation, le développement des cultures
commerciales change d’échelle : ainsi, ce sont les Français qui diffusent massivement la
culture de l’arachide au Sénégal, celle du café et du cacao en Côte d’Ivoire, etc. Par ailleurs,
ces cultures commerciales sont destinées aux métropoles, c’est-à-dire à l’exportation hors
d’Afrique. Changeant d’échelle, elles changent aussi de nature. Avec la colonisation se
constitue largement le dualisme cultures vivrières en priorité destinées à l’autosubsistance –
cultures commerciales d’exportation qui fournissent les revenus.

L’introduction des cultures d’exportation a revêtu un caractère obligatoire : que les
cultures aient été forcées (champ du commandant) ou qu’elles aient été rendues nécessaires
pour payer l’impôt. Cette obligation n’a pas été, dans un premier temps, sans entraîner de
vives oppositions de la part des populations, oppositions qui se sont manifestées de différentes
manières (révoltes violentes, résistance passive…). Bien vite cependant, dans de nombreuses
régions, les agriculteurs ont développé des cultures commerciales pour se procurer les biens
de consommation qui affluaient sur les marchés ou dans les magasins des grandes maisons de
commerce.

En outre, ces cultures ont bénéficié de soutiens multiformes de la part de la puissance
publique. L’essentiel de l’effort de recherche et de promotion des cultures a été fait en faveur
des cultures d’exportation. Ainsi, dans les colonies françaises, des primes sont allouées après
la Seconde Guerre mondiale à la plantation de café et de cacao, alors que le secteur vivrier est
laissé de côté. Des organismes de recherche sont créés (IRHO, IFCC, etc.)5, visant à mettre
au point des variétés nouvelles d’abord dans le domaine des cultures d’exportation.

Les États, aux indépendances, loin de diminuer ces productions, les ont favorisées, en
vue d’obtenir des revenus par le jeu des taxes ou des prélèvements à l’exportation. Beaucoup
de production sont développées grâce à la mise en place de sociétés d’État ou de sociétés
mixtes qui sont chargées de promouvoir des cultures. Si la Côte d’Ivoire s’illustre dans les
années 1960 et 1970 par le volontarisme et l’ampleur de sa politique, créant de nombreuses
sociétés (Sodepalm pour le palmier, Sodesucre pour le sucre, etc.), le cas n’est pas unique. En
Afrique francophone, le développement du coton repose sur des programmes solidement
encadrés par l’État s’appuyant sur des sociétés mixtes (associant une compagnie française, la
CFDT6, et les États), et/ou sur des organismes chargés d’encadrer l’agriculture au plan local
(comme les Organismes Régionaux de Développement, au Burkina Faso).

Ces politiques sont couronnées de succès. La plupart des productions sont multipliées

4 Pélissier, 1995.
5 Institut de Recherche des Huiles et Oléagineux et Institut Français du Café et du Cacao.
6 Compagnie Française de Développement des Fibres Textiles.



par deux, trois ou quatre entre le début des années 1960 et le début des années 20007. Si
l’arachide, culture d’introduction ancienne, progresse d’à peine 50 % en 40 ans, la production
de coton est multipliée par 12…

Certes, ni l’administration coloniale ni les autorités indépendantes ne se sont
totalement désintéressées des cultures vivrières. Sous la colonisation, les autorités veillaient à
ce que les centres urbains soient correctement ravitaillés et partout où cela était possible
encourageaient la production vivrière. Les gouvernements des États indépendants ont mené
des actions en faveur des cultures vivrières à travers des organismes de “ développement ” ou
de contrôle. Cette politique a connu un essor net dans les années 1980, après la conférence de
Lagos en 1979 qui faisait de “ l’autosuffisance alimentaire ” une des priorités des
gouvernements ouest-africains. Cependant, les fonds alloués aux politiques de développement
vivrier ont toujours été très en deçà des sommes consacrées aux cultures d’exportation et les
proclamations des gouvernants n’ont pas toujours été suivies d’effets. Des variétés nouvelles
(de riz pluvial, d’igname…) ne sont diffusées que tardivement. Si le volume global des
principales productions fait plus que tripler entre les années 1960 et les années 2000, cela est
dû essentiellement à la volonté des paysanneries, soucieuses de ne pas délaisser un secteur
vital.

3. Une séparation des deux types de culture peu fréquente
La faiblesse des systèmes d’autosubsistance exclusifs

Si cultures vivrières et cultures commerciales a bien des égards s’opposent, il est rare
cependant en Afrique occidentale que celles-ci soient séparées dans les systèmes de
production. Les deux cas extrêmes, agriculture intégralement d’autosubsistance et grandes
plantations industrielles, étant loin d’être dominants.

Les producteurs pratiquant une agriculture d’autosubsistance correspondent à des
situations exceptionnelles. Dans certaines régions de montagne ou aux conditions naturelles
difficiles (aux marges du Sahel), les paysans comptent sur la migration des jeunes pour se
procurer le numéraire nécessaire, ce qui les dispense (partiellement) de faire des cultures
commerciales. Occasionnellement, des producteurs qui ont une autre activité n’ont pas besoin
de vendre leur production : artisans dans les villages ou citadins qui ont un travail rémunéré
(commerce, salariat) et qui se contentent de faire des cultures pour leur propre alimentation.

Les grandes plantations : un type d’agriculture exportatrice non dominant

Les grandes plantations, qui présentent peut-être le modèle le plus achevé de
l’agriculture agro-exportatrice, sont rares en Afrique occidentale. Il s’agit d’exploitations
couvrant de vastes superficies, employant des techniques modernes (à base de plants
sélectionnés, de produits chimiques, etc.), pratiquant en général la cultures pure. Les paysages
traduisent la rupture avec l’agriculture paysanne : vastes parcelles géométriques de cultures
7 D’après les données de la FAO.


commerciales, aux plants alignés, avec des chemins d’exploitation quadrillant le domaine,
excluant les cultures vivrières. Ces plantations présentent elles-mêmes des formes variées.

Les plus importantes correspondent à de vastes blocs agro-industriels associant une
grande plantation, une unité de transformation industrielle et éventuellement des petites
exploitations familiales. Certaines sont anciennes comme la plantation d’hévéa “ Firestone ”
au Liberia, aménagée à la suite d’une concession octroyée en 1926. La plupart sont
postérieures à 1960 voire 1970. Elles résultent pour une faible part d’investissements privés
au départ (notamment du redéploiement des compagnies caoutchoutières après les guerres
d’Indochine). Les États indépendants se sont lancés dans de vastes projets agro-industriels,
soit pour renforcer des secteurs anciens (cas du palmier à huile au Bénin ou en Côte d’Ivoire),
soit pour promouvoir de nouvelles cultures (canne à sucre, hévéa). Depuis les années 1990, un
mouvement général de “ libéralisation ” a conduit à privatiser ces sociétés qui ont été vendues
au secteur privé national ou étranger.

Ces vastes ensembles ont été l’objet de nombreux reproches. Si les conséquences de
leur présence ne sont pas dramatiques pour les populations locales lorsqu’ils sont installés
dans des zones peu peuplées, ce qui est souvent le cas (comme la plupart des complexes
sucriers des savanes soudaniennes), il n’en va pas de même lorsqu’ils sont établis dans des
zones très peuplées (comme les palmeraies du sud-est de la Côte d’Ivoire ou du sud du Bénin
et du Togo). L’extension des plantations s’est alors faite au détriment des populations locales
et limite les possibilités de culture de celle-ci. Ceci est d’autant plus fâcheux que les grandes
plantations agro-industrielles ont toutes connu des difficultés dans les années 1980-1990 et
que leur rentabilité est incertaine.

Par ailleurs, se sont développées des plantations privées de taille plus modeste
(inférieures à 1000 ha, souvent entre 20 et 100 ha) dans des secteurs diversifiés,
principalement la banane et l’ananas. Elles sont le fait de sociétés nationales ou étrangères, de
grands planteurs citadins, et parfois de petits producteurs organisés en coopératives ou
encadrés par les États. De plus en plus, ce secteur est dominé par les grands groupes étrangers,
qui possèdent des plantations et contrôlent la commercialisation : ainsi, les grandes sociétés
bananières internationales comme Dole ou Chiquita contrôlent en 2002 une part importante de
la production de banane ivoirienne. Ces cultures sont en générales concentrées dans quelques
secteurs du littoral, non loin des ports d’exportation. La culture intensive exclu les cultures
vivrières. Cependant, les plantations de banane sont souvent localisées dans les bas-fonds
humides et faciles à irriguer, si bien que les versants sont couverts d’autres plantes et domaine
de l’agriculture vivrière, parfois associée chez les petits producteurs à la culture de la banane
douce, comme c’est le cas au nord d’Abidjan, par exemple.

Reste que ces cultures dans l’ensemble limitent le développement d’une agriculture
vivrière et, entre les mains de grandes sociétés étrangères ou de la bourgeoisie nationale,
excluent largement les paysans du sol, là où elles sont développées.


Les périmètres aménagés par les autorités : des cas ponctuels

Les grands périmètres aménagés par les États présentent un cas un peu différent. Il
s’agit de vastes ensembles, souvent en cultures homogènes. Par leur techniques “ modernes ”
comme par la monoculture pratiquée, ils se rapprochent beaucoup du cas précédant. Il s’en
distinguent par la volonté des gouvernants de promouvoir une petite agriculture africaine. En
outre, même si parfois les cultures industrielles sont développées (coton, canne à sucre), les
cultures vivrières, notamment le riz, sont privilégiées, dans le cadre des politiques
d’autosuffisance nationale.

Ces grands projets ne sont pas nouveaux. Les tentatives d’aménagement du Niger ont
commencé sous la colonisation. La plupart ont été des gouffres financiers et des échecs
techniques, dont les résultats sont sans commune mesure avec les sommes engagées, que ce
soit l’aménagement du delta intérieur du Niger, repris régulièrement depuis plus d’un demi-
siècle ou de vastes opérations récentes comme l’aménagement de la dépression Niger-Bénoué
au Nigeria. Les principes en sont sensiblement toujours les mêmes : l’État installe des colons,
sensés faire une agriculture moderne, c’est-à-dire avec des calendriers stricts, l’emploi
d’intrants, etc. Les cultures doivent être commercialisées. Ces opérations ont connu de gros
problèmes techniques : salinisation des sols, abaissement de la nappe phréatique, etc. Surtout
les coûts de production sont très élevés, si bien que leur rentabilité économique est incertaine :
ainsi, le riz produit dans le delta du fleuve Sénégal revenait, avant la dévaluation du franc
CFA, 4 fois plus cher que le riz importé à Dakar. Ces projets, qui ont fleuris dans les années
1960 et 1970 ont donc fortement diminué ensuite. Et leur place, comme dans les cas
précédents, à l’échelle ouest africaine reste secondaire

En fait, l’essentiel des productions commerciales ou vivrières sont fournies dans le
cadre d’une agriculture paysanne associant les deux types de cultures.

II. Des associations fréquentes et complexes
1. L’introduction des cultures d’exportation dans l’agriculture vivrière
paysanne
Si les puissances coloniales ont chercher à imposer les cultures d’exportation, leur
introduction ne s’est pas faite par substitution aux cultures vivrières mais par ajout. Les
paysanneries ouest africaines ont intégrées les cultures nouvelles à leurs systèmes anciens
sans abandonner les cultures vivrières. Ainsi, la majorité de la production commerciale est le
fait, en Afrique de l’ouest, d’agriculteurs qui associent cultures vivrières et commerciales au
sein d’exploitations familiales en général petites (de l’ordre de 5 à 6 ha, parfois moins).
Dominant de façon quasi exclusive dans le domaine du cacao, du café, du coton, de


l’arachide, les petits producteurs sont aussi nombreux dans les secteurs du palmier à huile,
voire de l’hévéa, de l’ananas, de la banane douce, etc.

L’introduction des cultures commerciales a entraîné des changements importants dans
l’organisation des tâches. En général, les cultures d’exportation sont contrôlées par les chefs
de famille, qui réalisent les ventes et à qui reviennent les revenus. Dans beaucoup de sociétés
elles ont pris, chez les hommes, la place des activités “ nobles ” avant la colonisation (chasse,
guerre…). Les femmes qui s’occupaient largement des cultures vivrières ont conservé un rôle
majeur dans ce domaine. Cependant, les cultures commerciales venant s’ajouter aux cultures
vivrières, ont amené un accroissement de la charge de travail dans des exploitation où la
main-d’oeuvre est pour l’essentiel familiale, et une extension des superficies cultivées.

Sur un autre plan, elles ont contribué à la diffusion de l’économie monétaire, même si
elles n’en sont pas la seule cause. Elles ont ainsi participé aux multiples conséquences qu’a
eues cette diffusion, touchant tous les aspects de la vie paysanne, transformant les modes de
consommation (avec la diffusion de nouveaux produits) et les rapports sociaux (plus
individualistes). Sur le plan foncier, la terre nourricière, bien collectif géré par les anciens ou
des “ maîtres de la terre ”, est devenue de plus en plus source de revenus personnels,
entraînant le développement d’une appropriation individuelle, de ventes, voire des locations
pour faire les cultures “ de rapport ”.

On trouve dans ces modalités de développement des cultures d’exportation, la source
des critiques qui leurs sont adressées.

1. Des concurrences pour le temps et pour l’espace.
On reproche habituellement aux cultures d’exportation de concurrencer les cultures
vivrières dans l’emploi du temps et dans l’occupation de l’espace. La production vivrière ainsi
s’en ressentirait et le faible prix des cultures commerciales payées au paysan ne leur
permettrait pas de compenser la diminution des récoltes destinées à l’autoconsommation.

Effectivement, dans les zones saturées, l’extension des cultures d’exportation peut
conduire à une surexploitation des sols qui remet en cause les systèmes de production. Cette
évolution doit cependant être nuancée : en général, la saturation foncière est autant ou plus
liée à la croissance démographique qu’à l’essor des cultures d’exportation. L’exemple bien
connu du pays sereer est là pour le montrer8. Au début du siècle, les Sereer cultivaient
essentiellement du mil (figure 3) : au-delà d’une couronne de champs permanents autour du
village, ensemencée en mil hâtif, les paysans faisaient alterner mil tardif et jachère pâturée
dans des clairières ouvertes à la périphérie du village. L’introduction de l’arachide a entraîné
la mise en place d’une rotation triennale jachère-mil-arachide sur la couronne extérieure à la
place de la succession mil-jachère. L’association de l’élevage et la construction d’un parc

8 Pélissier, 1995, Lericollais, 1999.


dense de Faidherbia albida enrichissant le sol et nourrissant le bétail, contribuait à la stabilité
du système. Jusque dans les années 1950, le système a bien fonctionné. Depuis, l’extension
des superficies cultivées l’a remis en cause : entraînant une réduction puis la disparition des
jachères, la transhumance des troupeaux en saison des pluies, puisque la totalité des terres est
mise en culture. La fertilisation par le bétail est donc réduite à la saison des pluies. L’exode
temporaire des bovins, indispensable à la germination des graines, et la mécanisation, qui
coupe les jeunes pousses arbustives, ont provoqué la réduction du parc arboré de Faidherbia.

L’introduction de l’arachide, qui entraîne une extension des superficies cultivées, a pu
être mise en cause dans la “ crise ” du pays sereer. Pour autant, la croissance récente des mises
en cultures est d’abord liée à l’explosion démographique qui a fait doubler voire tripler la
population en moins de trois décennies, amenant des densités supérieures à 100 hab./km2
localement. L’adoption de la traction attelée, suite à des opérations de vulgarisation, a
également conduit à l’extension des cultures.

On le voit, l’augmentation des superficies et la saturation des terroirs sont liés à un
ensemble de causes dont la culture commerciale n’est qu’un élément. Au demeurant, les
sécheresses qui ont frappé le Sahel dans les années 1970 et 1980 ont amené les producteurs à
réduire les superficies cultivées en denrées commerciales, l’essentiel étant toujours pour eux
d’assurer un minimum de production alimentaire pour assurer la survie du groupe.

Avec l’augmentation des densités de population, liée à la croissance démographique, la
question de la place pour les cultures vivrières se pose de plus en plus. L’Afrique de l’ouest
reste cependant une région globalement peu peuplée et dans bien des cas, les difficultés se
situent sur un autre plan.

La conduite des différentes cultures peut conduire à des goulots d’étranglement dans
les calendriers agricoles. C’est particulièrement vrai en zone sahélo-soudanienne où
l’essentiel des travaux se déroule, de juin à octobre, durant la saison des pluies qui est très
courte. Ainsi, la concurrence entre le mil et le coton dans le nord du Togo conduit les
producteurs à limiter la production de coton9. Sinon, ils risquent de négliger les cultures
alimentaires. En pays sénoufo, dans le nord de la Côte d’Ivoire, l’introduction du coton
entraîne une surcharge des calendriers agricoles à certaines périodes de l’année,
particulièrement en juillet et août au coeur de la saison des pluies10.

L’adoption de la mécanisation, qui s’appuie sur la traction attelée, permet de soulager
les exploitants lors des goulots d’étranglement : la préparation des champs, les sarclages
(point souvent névralgique), la récolte (transport en charrette) sont réalisés beaucoup plus
rapidement que dans le cadre d’une agriculture manuelle. Mais elle est le fait d’une minorité
qui a les moyens d’adopter ce matériel et de le rentabiliser.

9 Schwartz, 1986.
10 Le Roy, 1983.


Dans certains cas, l’adoption des cultures commerciales a rovoqué le déclin des
cultures vivrières anciennes. L’abandon des rizières en Casamance au profit de l’arachide,
favorisée par le système de commercialisation, est un phénomène ancien11. Plus récemment,
en Guinée Bissau, la mise en place de plantations d’anacardiers par les paysans conduit
également à l’abandon des rizières. Ces plantations sont créés pour plusieurs raisons. D’abord,
les prix sur le marché mondial sont relativement rémunérateurs alors que la production locale
de riz se vend mal et que les paysans peuvent en revanche se procurer du riz importé à bas
prix. Enfin, l’extension des plantations permet aux villageois de limiter les prétentions de la
bourgeoisie urbaine, qui s’est lancée depuis quelques années dans la production d’anacarde,
autant pour accaparer le foncier que pour produire une denrée rémunératrice ; en effet, si la
terre n’est en général pas appropriée individuellement en Afrique de l’ouest, l’arbre en
revanche l’est : planter des arbres pour une longue durée revient ainsi à contrôler le foncier.
L’enjeu du mouvement est donc double. Mais le résultat est une réduction de la production
rizicole par les agriculteurs.

La substitution des cultures vivrières par les cultures d’exportation accroît les risques
des agriculteurs et peut avoir des effets dramatiques, si les prix des denrées alimentaires de
base augmentent alors que le cours des produits d’exportation baissent. Les paysans
deviennent doublement dépendants : des prix des produits d’exportation fixés sur les marchés
internationaux du Nord, et des prix de denrées alimentaires, elles-mêmes sujettes à de fortes
variation en fonction de critères variables (non seulement le volume des récoltes, lié aux
conditions climatiques, mais aussi les possibilités d’importation, voire l’état des routes qui
facilite ou non le ravitaillement intérieur…). C’est pourquoi, il est rare que l’agriculture
vivrière soit totalement abandonnée. Ainsi, en Casamance, le déclin de la riziculture s’est
accompagné d’une extension des cultures de mils et de sorghos qui entrent en alternance avec
l’arachide.

Surtout, l’ensemble de ces cas, ne saurait faire oublier que dans bien des régions, il n’y
a pas opposition, mais association entre cultures vivrières et cultures commerciales.

1. Des associations performantes
En zone forestière, de climat chaud et humide, l’extension de l’économie de plantation
a largement reposé sur l’association des différentes cultures. Le sud de la Côte d'Ivoire est
exemplaire des étroites relations qui s'y nouent entre cultures vivrières et cultures
d'exportation.

Cet espace est le domaine de l'économie de plantation caféière et cacaoyère. En même
temps, c'est la partie du pays où la production vivrière est la plus élevée : le Sud produit, entre
autres, presque la totalité de la banane plantain et du taro de la Côte d'Ivoire, environ les trois

11 Cormier-Salem, 1992.


quarts du manioc et du riz. Cela prouve à l'évidence qu'il n'y a pas nécessairement opposition
entre cultures vivrières et cultures d'exportation.

Le système dominant associe sur des défrichements renouvelés chaque année, ces
deux types de cultures. Le producteur plante sur la nouvelle parcelle créée au détriment de la
forêt des espèces vivrières variées (banane plantain, igname, taro, maïs, manioc, légumes,
etc.) et des pieds de caféiers et de cacaoyers. Les premières, notamment la banane plantain qui
sert de plante d'ombre aux jeunes cacaoyers, disparaissent au fil des années, au fur et à mesure
que les arbustes grandissent et entrent en production. Ce système a la préférence des
agriculteurs : c'est celui qui rémunère le mieux la force de travail ; il assure une production
alimentaire abondante qui nourrit le groupe et fournit des revenus tant que les arbustes ne
produisent pas ; et il permet, grâce à l'extension des plantations, une croissance du domaine
foncier.

Depuis l'indépendance et le slogan “la terre à celui qui la cultive”, joint à des prix
relativement favorables du cacao, les autochtones et des immigrants de plus en plus nombreux
se sont livrés à une véritable course à la terre. Les défrichements, nécessaires pour la
plantation de cacaoyers, ont entraîné une production vivrière abondante, qui dépasse de loin
les capacités de consommation des familles et qui est écoulée sur les marchés citadins. Ces
ventes permettent au planteur de subsister le temps que la plantation entre en production. Sur
front pionnier, les parcelles mêlant cultures vivrières et cacaoyers couvrent ainsi de vastes
superficies Ainsi, à T. Koffikro (figure 4) dans le sud-ouest, les superficies moyennes
cultivées en cacao (plus de 1 ha/actif) n’empêchant pas les familles de cultiver 0,30 ha par
résidant en vivrier (pur ou associé) ce qui permet de nourrir la famille et même de vendre à
l’extérieur (car il suffit d’environ 0,10 à 0,15 ha par personne pour assurer l’autosubsistance
ici).

Par ailleurs, la complémentarité des cultures dans l’emploi du temps des planteurs
semble assez bonne. Globalement, les défrichements et les cultures vivrières occupent le
producteur et sa famille la première moitié de l’année, les cultures commerciales la seconde.
Selon les plantes et les espèces, la qualité de la relation varie bien sûr. Il y a une bonne
complémentarité par exemple entre l’igname, dont les gros travaux de buttage ont lieu en mai-
juin, de sarclages en juillet-août, et le cacao dont le nettoyage de la parcelle et la récolte
commencent en septembre. Entre café et maïs, les complémentarités sont également bonnes :
les nouvelles variétés de maïs permettent de récolter la céréale en juillet, avant les gros
travaux de nettoyage et de récolte du café12, etc. La diversité des cultures vivrières
paysannes, l’étalement des soins et des récoltes toute l’année (pour la banane plantain, le
manioc…) font que dans l’ensemble les concurrences sont faibles.

Les limites de ce système tiennent à la disparition des forêts qui entraîne une réduction
des défrichements et une baisse des superficies associant productions vivrières et

12 Chaléard, 1996.


d'exportation. Dans ce cas, la production alimentaire peut décliner. Dans cette situation, les
agriculteurs pratiquent les cultures destinées à la subsistance dans des jachères, en marge des
plantations. Du riz et du maïs sont développés dans les bas-fonds, impropres aux cultures
arbustives. En outre, une nouvelle variété d’igname, originaire du Ghana, s’est répandue
depuis la fin des années 1980 (appelée “ cacao sié ”, littéralement “ la terre à cacao ” dans les
langues akan et ashanti) : plantée en faible densité dans les plantations, elle fournit un apport
alimentaire substantiel sans amoindrir la récolte de cacao.

Dans les régions de savane de l'Afrique soudanienne, le coton est la principale culture
d'exportation. Dans de nombreuses régions, son essor a entraîné une extension de la
production de maïs, qui entre en alternance avec lui dans les rotations. C'est particulièrement
vrai dans le sud du Mali et au Burkina Faso, où le maïs succède en général à une sole
cotonnière. L'introduction de la plante industrielle autorise de bons rendements de maïs en
deuxième année de culture, grâce à l'effet rémanent de l'engrais mis sur la sole cotonnière, une
bonne complémentarité agronomique des deux plantes et … parce qu’une partie de l’engrais
accordé aux agriculteurs pour le coton est détourné sur la parcelle de maïs. Par ailleurs, si la
rentabilité du coton diminue, en raison de la baisse des cours mondiaux depuis plusieurs
années, cela est moins vrai pour l’association maïs-coton, car la production vivrière associée
permet de nourrir la maisonnée et de vendre les surplus sur les marchés. C’est ce qui explique
en partie le développement du coton dans certaines zones (comme le nord-est de la Guinée)
ou son maintien (comme au Mali et au Burkina) dans un contexte de baisse des prix.

Dans le sud du Togo, les complémentarités paraissent particulièrement bonnes13. Dans
cette région, au climat à deux saisons des pluies, la plante alimentaire principale est le maïs.
L'introduction du coton a permis un accroissement de la production vivrière. Les paysans
cultivent la céréale durant la première saison des pluies et le coton pendant la seconde. La
vulgarisation du coton s'accompagne de la diffusion des engrais et de produits phytosanitaires.
La deuxième année de culture, le maïs profite de l'effet rémanent de l'engrais mis sur la sole
cotonnière. Les producteurs peuvent ainsi pratiquer plusieurs années de suite la rotation maïs-
coton. Ils y ajoutent le palmier à huile qu'ils plantent dans le champ et qui remplace les deux
cultures quand il entre en production (au bout de cinq à six ans). Ce système permet à la fois
de nourrir les populations locales, de ravitailler les villes en céréales (maïs), en corps gras
(huile de palme)... et en vin de palme (tiré de la sève des arbres, une fois abattus, après une
quinzaine d'années d'exploitation).

Ainsi, dans bien des cas, l’augmentation de production d’exportation va de pair avec
une augmentation de la production vivrière, favorisant les grandes exploitations qui souvent
peuvent jouer sur les deux tableaux. En fonction du milieu, de l’histoire et des sociétés, les
situations varient. L’essor récent du “ vivrier marchand ” vient encore compliquer le tableau.

13 Schwartz, 1986.


III. Les mutations récentes des relations cultures vivrières –
cultures d’exportation
1. L’essor du “ vivrier marchand ”
Depuis trois ou quatre décennies, on assiste à l’essor du “ vivrier marchand ” pour
nourrir les villes. Celui-ci se développe en raison de la formidable croissance démographique
qu’a connue l’Afrique occidentale et qui multiplie les débouchés pour les productions locales,
la consommation urbaine restant largement à base de produits nationaux14. Elle bénéficie
aussi de l’essor des voies de communications qui ouvrent les grandes villes aux produits de
l’intérieur : ainsi en Guinée Conakry, le goudronnage de la route qui relie la capitale au sud-
est du pays a permis l’essor des ventes de riz local et l’extension de la riziculture de basfond15.
L’efficience des réseaux marchands locaux mais aussi la capacité d’innovation des
artisans, surtout des femmes, joue également un rôle important. Ainsi, l’essor du manioc en
ville est lié à sa transformation par des fabricantes, en attiéké en Côte d’Ivoire, en gari au
Togo ou au Bénin16.

L’essor de ce vivrier pour les villes, modifie la nature des relations cultures vivrières cultures
d’exportation, puisque une concurrence par rapport aux marchés, nouvelle, apparaît.
Ce n’est plus seulement pour nourrir le groupe familial que sont produites les cultures
vivrières, mais aussi, parfois, parce qu’elles sont plus rémunératrices que les cultures
d’exportation.

Ces dernières, au moins jusqu’à une date récente, bénéficiaient cependant de deux
atouts : la garantie d’achat de la production et un prix minimum fixé en début de campagne,
réduisant les risques pour le paysan. C’est pourquoi, il se développe en priorité là où
l’écoulement est assuré et les prix suffisamment rémunérateurs : près des villes ou le long des
grands axes de circulation.

En même temps, l’essor du vivrier marchand est le fait de catégories de producteurs
bien spécifiques. Les plus nombreux correspondent à des groupes plus ou moins dépendants
pour qui c’est une source de gains et d’émancipation : jeunes et cadets sociaux (qui n’ont pas
de terres et bénéficient de prêts dans les bas-fonds en saison sèche) ; femmes, exclues de
l’agriculture d’exportation dominée par les hommes ; allochtones sans terre, qui louent des
parcelles, etc. À l’autre extrémité, on trouve des grands producteurs pour qui ces cultures
entrent dans une logique de diversification et de cumul des ressources, des fonctionnaires et
des cadres urbains, qui connaissent les marchés, peuvent utiliser leurs revenus pour employer

14 Chaléard, 1996.
15 Chaléard, Moustier, Leplaideur, 2002.
16 L’attiéké et la gari sont des sortes de semoules de manioc qui diffèrent par leur mode de préparation.



des manoeuvres en cas de besoin, peuvent investir dans l’irrigation : ils produisent au bon
moment lorsque les cours sont hauts (dans le maraîchage par exemple) ou gardent leurs
productions (céréales entre autres) lorsque les prix baissent. Les situations varient cependant
selon les lieux et les productions.

1. La diversité des modalités de développement du vivrier
marchand
Sans épuiser le large l’éventail des cas possibles, on peut distinguer au moins trois
grands types de développement du vivrier marchand.

D’abord, une grande partie de la production commercialisée provient des associations
entre cultures d’exportation et cultures vivrières, comme nous l’avons vu. Le vivrier
marchand se développe alors dans le sillage de l’agriculture de plantation. Ainsi, en Côte
d’Ivoire, près des grands axes de circulation dans le Sud-Ouest ou dans les secteurs du Sud-
Est où subsistent encore des forêts à défricher. Ce système a subit des infléchissements, pour
répondre à la demande urbaine : par exemple, les agriculteurs augmentent la densité de plants
de banane par hectare en première année ou allongent la durée d'exploitation vivrière de la
parcelle afin d'accroître les surplus vivriers. Il a l’avantage de permettre une diversification
des revenus des exploitants. Lors des périodes d’effondement des cours, comme ce fut le cas
pour le café et le cacao en Côte d’Ivoire, en 1989-1990, les cultures vivrières fournissent une
partie des revenus que les cultures d’exportation n’apporte plus.

Dans de nombreuses régions, bien reliées aux villes ou proches d’elles, l’agriculture
vivrière prend le relais de l’agriculture d’exportation en crise ou absente.

Dans le Sud-Est ivoirien, urbanisé, on assiste à une reconversion vers l'agriculture
vivrière marchande, comme par exemple dans le département d'Agboville, au nord d'Abidjan.
Là, en raison de l'ancienneté de l'économie de plantation, développée dès l'entre-deux-guerres,
les forêts ont largement disparu. Depuis les années 1970 et surtout 1980, avec le bitumage des
routes et la croissance des besoins de la métropole nationale, on assiste à la reconversion des
vergers de caféiers et de cacaoyers. Les villageois développent l'igname, le maïs, les légumes
et surtout le manioc, plante qui demande peu de soins, fournit des revenus élevés par hectare
et peut être cultivée sur de vieilles jachères de caféiers. Dans certains villages, entre 50 et 100
km de la métropole, alors que les recettes tirées du café et du cacao déclinent, le revenu
agricole global progresse grâce aux ventes de vivres.

L'essor d'un vivrier marchand est favorisé dans le Sud-Est ivoirien en raison de
l'importance de l'urbanisation et de la présence d'Abidjan. Mais des phénomènes identiques
sont perceptibles dans de nombreuses autres régions de plantation. Le Sud-Ouest du Nigérian
a ainsi connu une évolution analogue dès la décennie 1960, les cultures destinées aux marchés


urbains venant remplacer une production cacaoyère déclinante en raison de l'ancienneté des
vergers. Les évolutions ultérieures n’ont fait que renforcer cette évolution, ancrant les
pratiques nouvelles dans la société17.

Dans des régions où cultures vivrières et cultures industrielles sont concurrentes, ces
dernières ne l’emportent pas toujours. Ainsi, dans le centre du Togo, la production alimentaire
principale est l'igname, dont le cycle s'étale sur 8 mois, ce qui interdit une association avec le
coton. En outre, les calendriers sont en partie concurrents : semis du coton et buttage de
l'igname, récolte des deux productions se font souvent au même moment. Le long des
principaux axes routiers, qui permettent une évacuation facile sur Lomé, les agriculteurs se
lancent dans la culture commerciale de l'igname plus rémunératrice que celle du coton,
pourtant fortement encadré par l’État.

Là où les cultures d’exportations ne se développent pas, le vivrier apporte aux
producteurs des revenus qu’ils n’avaient pas ou qu’ils devaient souvent aller chercher
autrefois dans l’immigration. Dans le nord-est ivoirien, le coton n’a pas été diffusé autant en
raison des résistances locales sous la colonisation qu’en raison de l’enclavement de la région.
Les paysans lobi ont développé l’igname comme culture commerciale, qu’ils écoulent sur
Abidjan à des prix parfois très rémunérateurs. Ils associent igname pour la vente la première
année, puis trois ou quatre ans de cultures de céréales (sorgho, maïs, mil), avant que le champ
ne retourne à la jachère. Dans ce cas, l’igname, culture vivrière, est devenue une véritable
culture commerciale, à l’égale des produits d’exportation.

Parfois, on a affaire à l’apparition de nouvelles cultures ou qui avaient une place très
secondaire et sont promues au rang de cultures commerciales. C’est le cas au Niger dans les
régions sahélo-soudaniennes (Ader, Madoua, etc.) où la culture de l’oignon pour ravitailler le
marché national mais aussi les marchés étranger, et particulièrement Abidjan, fournit aux
agriculteurs une source de revenu monétaire dans des régions déshéritées et une culture de
contre-saison, alors que la saison des pluies est consacrée à la production de denrées
d’autosubsistance. C’est le cas aussi avec la pomme de terre dans la région de Labé, dans le
Fouta Djalon, en Guinée. Dans cette zone, la production s’est développée depuis les années
1980 à l’initiative de producteurs dynamiques, groupés au sein d’une fédération qui défend
leurs intérêts. Elle a bénéficié de l’appui de la coopération française et de coûts de transports
peu onéreux, car les camions qui viennent de Conakry cherchent du fret de retour.

Enfin, le vivrier marchand se développe autour et dans les agglomérations urbaines18.
Toutes les grandes métropoles sont entourées d’une ceinture de cultures ou de périmètres qui
s’étendent pénètrent jusqu’au coeur des cités. Les cultures se développent dans les bas-fonds
humides et non constructibles, mais aussi en saison des pluies sur les parcelles non encore
construites, voire sur les trottoirs.

17 Guyer, 1997.
18 Moustier et al., 1999.


Cette agriculture est parfois uniquement destinée à l’autosubsistance. Plus souvent,
elle est le fait de producteurs qui en retirent des revenus substantiels. Autant que la croissance
des villes, la chute des revenus et l’augmentation du chômage qui ont frappé les
agglomérations depuis les années 1980 et la mise en place de Programmes d’ajustement
structurel, ont entraîné une multiplication des producteurs : marginaux de l’économie urbaine,
pour qui il s’agit de l’unique source de revenu, salariés et fonctionnaires pour qui l’agriculture
est un moyen de diversifier les ressources du ménage.

Les cultures maraîchères, productions fragiles, qui fournissent une forte valeur à
l’hectare, sont les plus répandues car elles valorisent le mieux une terre rare (comme à Lomé,
par exemple)19. Occasionnellement, d’autres plantes sont cultivées : le maïs, destiné autant
aux hommes qu’aux animaux d’élevage en ville, le bananier, à l’état de pieds dispersés dans
toute l’agglomération, etc. À la périphérie de nombreuses villes de la zone guinéenne, de la
Côte d’Ivoire au Nigeria (Abidjan… Lomé…Cotonou…), se développe le manioc, dont la
consommation a fortement augmenté : production pondéreuse, les prix sont grevés par les
frais de transport dès qu’on s’éloigne des lieux de consommation ; près des villes, c’est une
culture peu exigeante, facile à cultiver et hautement rentable. Dans tous ces secteurs, le
manioc est devenu une véritable culture commerciale, éliminant les cultures d’exportation
quand elles étaient présentes.

Ce développement du vivrier marchand connaît cependant des limites et ne saurait
résoudre tous les problèmes.

1. Limites et contradictions actuelles
Il se heurte encore dans certains pays à la faiblesse du marché intérieur, liée à des taux
d’urbanisation peu élevés (comme au Burkina et au Niger), accentués par le bas niveau de vie
des populations urbaines, ce qui limite leur pouvoir d’achat. Ainsi au Burkina Faso, dans les
1990, la culture du coton est entrée en crise, à cause de la chute des cours, du développement
des maladies, du coût des intrants. Les paysans se sont reportés sur le maïs. Mais en 19931994,
les prix se sont effondrés et la production n’a pas pu être totalement écoulée : les
marchés urbains sont trop réduits ou insolvables ; les voies de communications insuffisantes
ne permettent pas d’atteindre parfois des campagnes en situation de déficit alimentaire20.

Par ailleurs, la chute des revenus des produits d’exportation sur les marchés
internationaux ne favorise que partiellement les cultures vivrières. Certes, elle accroît l’intérêt
du vivrier par rapport à la culture d’exportation. Mais, l’État vit en partie des revenus tirés des
cultures d’exportation, les commerçants des achats des producteurs, etc. Par ses effets induits,
la production d’exportation joue un rôle majeur dans toute l’économie de ces pays. La

19 Schilter, 1988.
20 Tallet, 1997.


“ crise ” actuelle des principales denrées a pour effet de diminuer l’activé en ville et de
participer à la paupérisation des citadins. Celle-ci se traduit pas une tension sur les prix des
produits vivriers qui restent souvent insuffisamment rémunérateurs. Ajoutons que la crise des
cultures d’exportation se traduit dans pratiquement toute l’Afrique occidentale par une
extension des cultures illicites, notamment de cannabis, qui procure des revenus par hectare et
par journée de travail sans commune mesure avec les autres productions, ce qui, d’une
certaine façon, freine l’essor du vivrier comme culture commerciale, même si sa production
est beaucoup plus dangereuse pour les agiculteurs…

La libéralisation récente devrait offrir, aux yeux des institutions financières
internationales, de nouvelles opportunités aux cultures vivrières et aux cultures d’exportation.
Elle doit favoriser les cultures d’exportations “ tropicales ” pour lesquelles l’Afrique de
l’ouest bénéficie d’atouts nombreux, notamment climatiques. Mais dans l’ensemble, la théorie
des avantages comparatifs aboutit à faire produire les mêmes denrées à tous les pays
tropicaux, et génère inévitablement des phénomènes de surproduction et de chute des cours à
l’échelle mondiale.

Parallèlement, la baisse des taxes douanières a pour effet de permettre l’introduction
de denrées importées à bas prix, car produites dans de meilleures conditions dans les pays
riches aux agricultures mécanisées, et bénéficiant en outre d’aides multiples. C’est
particulièrement vrai pour les céréales. La plupart des États ont ainsi mené une politique
d’importation à bas prix du riz qui concurrence la production nationale. Elle s’est traduite par
des hausses des importations jusque au début des années 1990, la dévaluation du franc CFA
limitant ensuite le mouvement.

Peut-on produire des denrées d’exportation et avec les bénéfices acheter sa
nourriture ? Héritier d’une situation coloniale contraignante, le Sénégal achète sa nourriture
(blé et surtout riz) sur marchés internationaux et vend son arachide. Plus récemment, la Côte
d’Ivoire, à partir du milieu des années 1970, a choisi de développer la culture du cacao au
détriment des cultures comme le riz, facilement achetable sur le marché international. En fait,
cette politique accroît dangereusement la dépendance des États à l’égard de marchés sur
lesquels ils n’ont aucune prise.

Enfin, la libéralisation est aussi vue comme une privatisation des filières encadrées.
Les organismes étatiques chargés de la promotion ou de la commercialisation des différentes
cultures étaient jugés par les institutions internationales lourds, onéreux, aux structures
souvent opaques, ne permettant aucun véritable contrôle et entraînant des détournements de
fonds, au détriment des producteurs. Dans le cas du coton, la privatisation et la restructuration
de la filière depuis la fin des années 1990, certes trop récentes pour porter des jugements
définitifs, ne semblent pas produire les effets escomptés. La création de plusieurs sociétés
dans chaque État renchérit les coûts, amène une surcapacité d’usinage du coton (comme au


Bénin par exemple) nuisible à l’équilibre de la filière. Le système d’encadrement et d’avance
des intrants n’a pas toujours été bien remplacé : or, ce système permettait aussi de financer la
production vivrière. En outre, les producteurs de coton africains se retrouvent sans soutien
dans un marché mondial où les grands producteurs (notamment la Chine et les États-Unis)
aident leur agriculture. La crise cotonnière ne profite nullement aux cultures vivrières, qui lui
étaient souvent associées. Au contraire.

A contrario, la réussite de la pomme de terre dans le Fouta Djalon a reposé sur
l’interdiction momentanée des importations, le temps que les paysans puissent s’organiser et
produire dans de bonnes conditions.

Les évolutions actuelles semblent ainsi monter que la question des relations entre
cultures vivrières et cultures commerciales devient secondaire par rapport aux politiques
agricoles qui pèsent fortement sur les deux types de production.

CONCLUSION

Le discours sur l’opposition cultures vivières-cultures commerciales paraît au final,
réducteur. Incontestablement, il existe des cas où les cultures d’exportation entrent en
concurrence avec les cultures vivrières : là où saturation foncière et conditions naturelles sont
difficiles (comme dans le Sahel), là où l’agriculture de plantation arbustive occupe tout
l’espace. Dans l’ensemble cependant, les cultures vivrières sont rarement abandonnées :
l’objectif premier des paysans reste la survie du groupe. Aujourd’Hui, avec essor du vivrier
marchand, la culture vivrière devient parfois aussi la culture commerciale.

En fait, l’analyse dualiste qui oppose cultures vivrières et cultures commerciales est
sans doute à abandonner. Les fortes synergies des unes et des autres au sein de systèmes de
production complexes, l’essor du vivrier marchand conduisent à complexifier la question.
Mais en outre, l’évolution de ces cultures s’inscrit dans un cadre plus large : la question pour
les familles paysannes est d’abord la reproduction du groupe. Dans des économies largement
ouvertes, celle-ci passe par l’acquisition de revenus monétaires. De plus en plus, et dans de
nombreux pays, une part non négligeable des gains réalisés vient des cultures vivrières. Mais
dans bien des cas, elle vient aussi d’activités non agricoles, qui résultent des fortes relations
qui existent entre villes et campagnes21.

Enfin, sur un autre plan, l’essor du vivrier marchand s’est fait souvent sans grande aide
des États. Les politiques de libéralisation ne favorisent pas l’agriculture d’exportation,
soumise aux contraintes d’un marché qu’elles ne maîtrisent pas, ni les cultures vivrières,
soumises à la concurrence des importations souvent bradées en provenance d’Asie ou des
pays du Nord. Au-delà de la question des relations cultures vivrières –cultures commerciales,
c’est donc celles plus générales des politiques agricoles et des relations nord-Sud qui sont

21Chaléard-Dubresson, 1999.


posées.

Indications bibliographiques

-CHALÉARD Jean-Louis, Temps des villes, temps des vivres. L'essor du vivrier marchand en
Côte d'Ivoire, Paris, Karthala, coll. “Hommes et Sociétés”, 1996, 661 p.
- CHALÉARD Jean-Louis, “ Les mutations de l'agriculture commerciale en Afrique de
l'Ouest ”, in Annales de géographie, n° 592, déc. 1996, pp. 563-583.
- CHALÉARD Jean-Louis, “ Croissance urbaine et production vivrière en Afrique
subsaharienne ”, in Afrique contemporaine, n° 185, 1er trimestre 1998, pp. 3-18.
-CHALÉARD Jean-Louis, DUBRESSON Alain (dirs), Villes et campagnes dans les pays du
Sud. Géographies de relations, Paris, Karthala, 1999, 258 p.
- CHALÉARD Jean-Louis, MOUSTIER Paul, LEPLAIDEUR Alain, “ L’approvisionnement
vivrier des villes de Guinée : entre fragilité et dynamisme ”, in Autrepart, n°23, septembre
2002, pp. 5-23
-COPANS Jean
-DUMONT René, L'Afrique Noire est mal partie, Paris, Le seuil, coll. Politique, 1961, 288 p.
-CORMIER-SALEM Marie-Christine, Gestion et évolution des espaces aquatiques : la
Casamance, Paris, ORSTOM, coll. Études et thèses, 992, 584 p.
- DAVID O., 1996 - L'oignon du Niger dominera-t-il longtemps les marchés d'Abidjan?, in
Grain de sel, bulletin inter-réseaux, n° 3, pp. 10-11.
-GUYER Jane I., An african niche economy. Farming to feed Ibadan. 1968-88, Edinburgh,
Edinburgh University Press, International African Library, 1997, 260 p.
-LERICOLLAIS A., (éd.), Paysans sereer. Dynamiques agraires et mobilités au Sénégal,
Paris, IRD Éditions, 1999, 668 p.
-LE ROY X., L'introduction des cultures de rapport dans l'agriculture vivrière: le cas de
Karakpo, ORSTOM, Abidjan, 1983, 208 p. + annexes.
- LESOURD Michel, “ Dynamiques rurales et foncières dans le monde rural africain ”, in
LESOURD Michel (coord.), Crises et mutations des agricultures et des espaces ruraux, Paris,
Éditions du temps, 1997, pp. 41-88.
-MOUSTIER Paul et al. (éds.), Agricultures périurbaines en Afrique subsaharienne,
Montpellier, CIRAD-CORAF, 1999, 278 p.
-PÉLISSIER P., Campagnes africaines en devenir, Paris, Arguments, 1995, 318 p.
-POURTIER R., Atlas de la Zone Franc en Afrique subsaharienne, Paris, Ministère de la
Coopération-La documentation française, 1995, 112 p.
-SCHILTER C., L'agriculture urbaine à Lomé, Togo, Paris-Genève, Karthala-IUED, 1988,
334 p.
-SCHWARTZ A.,La culture de rente “se nourrit-elle de la famine en Afrique” ? L'exemple
du coton au Togo, Lomé, Centre ORSTOM, 1986,16 p.
- TALLET Bernard, “ Colonisation et modernisation des exploitations agricoles dans l'ouest
du Burkina Faso ”, in HAUBERT Maxime (dir.), Les paysans, l’État et le marché, Paris,
Publications de la Sorbonne, 1997, pp.197-210.


_________________
Nous sommes une onde d'amour et tout est renouvelé.
Revenir en haut
Florent


Hors ligne

Inscrit le: 31 Jan 2011
Messages: 1 277

MessagePosté le: Sam 9 Juil - 15:41 (2011)    Sujet du message: http://publicintelligence.net Répondre en citant

Tout rapport avec la choucroute est évidement fortuit
_________________
Nous sommes une onde d'amour et tout est renouvelé.
Revenir en haut
Sourire


Hors ligne

Inscrit le: 05 Juil 2011
Messages: 7 049

MessagePosté le: Sam 9 Juil - 15:43 (2011)    Sujet du message: http://publicintelligence.net Répondre en citant

j'aime pas cette phrase elle me rappelle quelqu'un qui m'a condamné il y a peu


_________________
http://communionamouretpaix.xooit.fr/index.php
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:26 (2017)    Sujet du message: http://publicintelligence.net

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Presentation -> Liens utiles Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com